Paroles de procureur (Érick Maurel)

2 381 vues

Biographie de l’Auteur :

Eric Maurel est né en 1960. Il est fils, petit-fils et neveu de gendarme. Après des études en droit, il entre à l’Ecole nationale de la magistrature. Il choisit le parquet : substitut du procureur à Ajaccio puis à Bayonne, procureur de la République à Abbeville, Saint Omer et Pau, procureur adjoint à Pontoise. Il est actuellement procureur de la République à Nîmes. Eric Maurel est aussi ancien auditeur de l’IHEDN et IHESI, ancien officier de Réserve dans l’infanterie et officier d’état major. Il est titulaire de plusieurs décorations et notamment à titre militaire de la Médaille d’or de la défense nationale, la Médaille d’argent des services militaires volontaires.

Erick

Paroles de procureur

Collection Témoins, Gallimard

Parution : 24-01-2008

On ne les entend jamais. Confinés par les médias dans les rôles de «méchants», les procureurs ne se départissent guère eux-mêmes de leur devoir de réserve. Héritage de l’histoire, ils sont de surcroît perçus comme étant aux ordres du pouvoir politique. La réalité est bien différente. À l’heure où l’institution judiciaire est placée au cœur des débats de société, Érick Maurel, procureur de la République à Pau, après avoir été en poste auprès de tribunaux aussi stratégiques que Bayonne, Ajaccio et Saint-Omer (où il fut un témoin privilégié du premier procès d’Outreau), prend la parole : «Mon métier s’exerce non pas au nom de l’État ou du gouvernement, mais de la République ; il est fait de prises de responsabilités, non d’actes de soumission ; son essence est d’être l’avocat de la nation.»
Les procureurs interviennent dans toutes les affaires judiciaires qui défraient la chronique (dossiers politico-financiers, terrorisme, pédophilie, violences urbaines…). Parviennent-ils à douter et à faire preuve d’humanité quand l’implacable machine judiciaire construit des évidences? Comment conçoivent-ils le recours à la prison, quand celle-ci paraît tellement inadaptée aux désirs de la société? De quelle liberté disposent-ils, eux qui sont placés sous l’autorité du garde des Sceaux? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles Érick Maurel prend le risque de répondre, alors même que des réformes sont engagées et que l’actualité judiciaire démontre combien peut être délicat l’exercice de ce métier.
288 pages, sous couverture illustrée, 150 x 220 mm
Achevé d’imprimer : 01-01-2008 Genre : Documents et reportages Thème : justice, législation, droit Catégorie > Sous-catégorie : Connaissance > Justice, législation, droit
ISBN : 9782070119776 – Gencode : 9782070119776 – Code distributeur : A11977

Note de Profession-Gendarme :

L’auteur Erick Maurel est fils, petit-fils et neveu de gendarme.

Au-travers d’une réflexion sur le métier de procureur qu’il exerce et sur la justice, il cite nombre d’affaires traitées par la gendarmerie et évoque son père adjudant de gendarmerie en Corse.

A mettre entre toutes les mains.

 

Les commentaires élogieux d’un lecteur :

En France, le procureur de la République est le magistrat chargé de défendre l’intérêt public devant les tribunaux.

Dans Paroles de Procureur Erick Maurel livre en quelque sorte les mémoires d’un procureur.

Personnellement, je ne connaissais le métier de magistrat que par les séries télévisées. Avec ce livre on entre vraiment dans la réalité des palais de justice, on entrevoit la diversité des situations auxquelles doit faire face le procureur. C’est à la fois fascinant et déprimant.

Déprimant car le procureur est le témoin frontal de l’immensité de la souffrance humaine. Douleurs des victimes, misères des prévenus. Les salles des pas perdus sont de véritables cours des miracles.

Le style est par moment très direct, très froid lorsque l’auteur évoque les affaires judiciaires qu’il a traitées … et parfois totalement lyrique lorsqu’il parle de sa vocation, de son enfance, des paysages des régions où il a exercé. Ce témoignage est magnifique car débordant d’humanité… ce qui au premier abord n’est pas forcément ce à quoi je m’attendais. Ce livre est aussi un condensé de réflexion sur le sens de la peine, sur la prison « républicaine », sur le rôle du procureur en France, sur l’affaire d’Outreau, sur la recherche de la vérité et la défense de l’intérêt général.

Parfois, il m’a semblé que l’auteur était vraiment trop idéaliste, mais finalement cette passion de la justice, et de la recherche de la vérité, cette foi dans les institutions m’a fait du bien. Elles m’ont redonné confiance en cette justice souvent dénigrée par les médias. J’espère vraiment que tous les juges ressemblent à Erick Maurel.

 

Source : Profession-Gendarme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *