La Grande muette fait toujours la sourde oreille Écrit par Thierry Turpin dimanche 26 avril 2020 07:5

7 833 vues

La Grande muette fait toujours la sourde oreille

Écrit par   dimanche 26 avril 2020 07:5

Source: www.lamarseillaise.fr

Fusina2

Financièrement asphyxiée en pleine pandémie, la famille du capitaine Fusina, l’officier de l’armée de Terre victime de harcèlement et privé depuis trois mois de solde, réclame justice.

Après chaque publication dans nos colonnes, les messages de soutien venus de tout l’Hexagone se multiplient, les réseaux sociaux relaient l’information et de nouvelles victimes se font connaître.

Mais rien ne semble ébranler l’armée dans ses certitudes et son acharnement, pas même la crise sanitaire qui frappe le pays et plonge des familles dans de graves difficultés.

Elle maintient, au contraire, sa position et continue de pilonner un de siens. Mais jusqu’à quand ? Et pour quelles conséquences ?

Pour mémoire, il s’agit de l’affaire Cédric Fusina, ce capitaine de l’armée de Terre dont la carrière s’est brutalement arrêtée pour avoir fait preuve d’un peu trop de professionnalisme et heurté la susceptibilité de sa hiérarchie en refusant de signer un rapport faisant mention d’un état de stock qui ne correspondait pas à la réalité qu’il avait lui-même constatée, et ce, alors qu’il venait d’être nommé chef d’escadrille.

Rien de scandaleux dans l’erreur décelée. Il demande juste que cela soit rectifié.

Il va connaître l’arrêt de travail forcé, la psychiatrisation, l’accusation de désertion et de refus d’obéissance pendant l’état d’urgence.

C’est son épouse, Florence, qui lance l’alerte le 19 février afin de lui éviter d’être, en plus, radié des cadres de l’armée pour avoir failli à son droit de réserve en s’épanchant dans la presse.

Puis revient à la charge le 18 mars, alarmée par l’aggravation de la situation. Assignée à résidence avec le confinement, elle craint que la chape de plomb pèse encore plus lourdement sur sa famille.

Aujourd’hui, après les trois mois de privation de salaire de son conjoint, un revenu indispensable pour tenir le ménage à flot et faire vivre la famille, elle désire encore une fois porter le fer pour ne pas être réduite au silence.

« Nous sommes stupéfaits par l’inaction de l’inspection de l’armée de Terre », lance-t-elle. Bien que saisie depuis le 24 août, « aucune enquête interne n’a été missionnée pour définir les responsabilités des actes de harcèlement que nous dénonçons ».

Quant à la décision de suspension de solde, elle la juge complètement illégale puisqu’elle a été prise « sans tenir compte des justificatifs médicaux » pourtant dûment envoyés. « Résultat : nos moyens de paiement sont bloqués », ajoute-t-elle.

Appel à la solidarité

Une nouvelle injustice qu’elle ne comprend pas : « Mon mari a répondu à toutes les convocations tant que son état de santé le lui permettait. Il a d’ailleurs contacté le professeur Paul, chef de service psychiatrique de l’Hôpital d’Instruction des Armées Laveran le 1er avril comme il lui avait été demandé », poursuit Florence Fusina.

Pour elle, tout cela semble tenir de l’acharnement d’autant que la protection fonctionnelle elle aussi demandée, n’a toujours pas été accordée. Elle explique en citant l’obligation légale, que « lorsqu’un agent public est victime d’une infraction à l’occasion ou en raison de ses fonctions, l’administration est tenue d’apporter une assistance juridique et réparer les préjudices qu’il a subis ».

Ce qui lui semble tout aussi scandaleux, c’est qu’alors que ce sont les harceleurs qui devraient être mis à l’écart, ce sont systématiquement les victimes d’actes de harcèlement qui le sont. « Concernant Cédric, même cela ne lui a pas été accordé, malgré ses demandes répétées de mutation de ce service restées sans réponse »

En attendant que justice lui soit rendue et privé du droit de travailler, Cédric Fusina, maître contrôleur de la sécurité aérienne de 21 ans de service, s’est investi dans la vie civile pour aider la collectivité.

Il préside en effet deux associations sur la commune de Flassans, dont une a reçu des missions d’intérêt public pour protéger et assister les victimes locales du Covid-19 : « Il a créé un plan d’entraide qui fonctionne parfaitement bien actuellement », témoigne son épouse.

Cédric Fusina se bat donc pour rester debout et ne pas perdre son honneur qui lui semble avoir été bafoué par l’armée.

Pour tenir le choc, continuer de crier haut et fort et bénéficier de la solidarité des internautes, la famille a ouvert une cagnotte* et mis en ligne deux pétitions.

« Depuis, nous savons que nous ne sommes pas un cas isolé. D’autres familles de fonctionnaires de différents ministères vivent à peu près la même épreuve que nous », explique Florence. Des agents de l’État qui envisagent d’ailleurs des actions communes. à suivre.

Thierry Turpin

Pour lire l’article original, cliquer (ICI)

  • Pour soutenir la famille FUSINA:

Lien cagnotte « Solidarité famille Fusina »: https://www.paypal.com/pools/c/8mEalYYZYe

Cliquer (ICI) pour y accéder directement.

Coordonnées du « Collectif Association Phoenix » présidé par le Capitaine Cédric FUSINA:

Association

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *