L’obscure clarté qui tombe des étoiles….. n’éclaire plus rien en gendarmerie

53 931 vues
A en croire le courrier que je reçois, ce sont bien toutes les gendarmeries qui sont malades. Et le mal est le même partout. La gendarmerie a renoncé à ses valeurs, le personnel qui me contacte ne se plaint jamais de la solde, de la charge de travail, de l’état du matériel ou du casernement.
Non, ces sujets semblent secondaires aux gendarmes. Ils sont importants, il ne faut pas le nier, mais ils passent au second rang.

 

La gendarmerie est malade d’une époque qui a renoncé aux valeurs essentielles. Elle a renoncé. La tête semble touchée gravement. La base n’est pas encore complètement gangrenée, d’où une incompréhension totale et un manque de confiance destructeur. Le langage n’est pas le même. Les logiciels ne sont pas compatibles.
L’obscure clarté qui tombe des étoiles ( Le Cid de Corneille – ça fait riche ici, non ?) ne suffit pas à éclairer le chemin des gendarmes.
Quand je dis la tête, je n’oublie pas ces centaines de chefs qui ne comprennent pas et subissent, comme la base, ce manque de clairvoyance qui conduit à traiter des problèmes qui n’en sont pas véritablement pour se passer de traiter le vrai mal.

 

Les chiffres masquent la médiocrité. Les notes de service rageantes ne sont que faiblesses. Les réunions interminables aux monologues autoritaires ne sont faites que pour rassurer les décideurs, leur donner l’impression qu’ils commandent. Ils ne commandent pas. Ils s’improvisent un rôle, joue un drame, se rêvent Napoléon la veille d’Austerlitz, se voient au pont d’Arcole, mais ne sont que les suivants, ou Zangra  ( Brel et l’humilité )

 

Quel chef qui a exercé véritablement viendra me contredire ? Aucun. Et même s’il existait, il n’aura pas le courage de prendre mon contre-pied ici ou ailleurs. Ca craint pour sa petite carrière. Je ne prends aucun risque.

 

Les chiffres masquent la médiocrité. Ils sont un refuge pour militaire sans envergure, le squelette d’un corps mou. La statistique en matière de paix publique est un mensonge permanent pour rassurer grand-mère, un outil électoral tout au plus, la bouée de celui qui est noyé par ses responsabilités. Armée Média nous signale qu’en Bretagne ils sont si précieux que le commandement local fait de la résistance ( article ICI ) . Le chouchen embrume-t-il les esprits au pays breton ? Manque de raison, de mesure ou bêtise  ?

 

Voilà le commandement d’aujourd’hui. Des chiffres, des tableaux, des colonnes, des totaux. Il n’y a plus d’hommes, plus de circonstances, plus de nuances, plus d’intelligence, plus d’adaptation donc pas de cœur à l’ouvrage, pas d’imagination, pas d’entrain et finalement on ne récolte que mécontentements, qu’exigences de fonctionnaire, d’objectif que sa petite personne et son confort. « Chacun pour sa gueule » «  le premier qui b…. enc………. l’autre » dit-on dans les salles de garde.
Plus de mission, plus de responsabilité, plus de service public, plus de dévouement et voilà comment les voleurs courent les routes. Ne cherchez pas plus loin. L’engagement personnel de chacun sera toujours la réussite de l’ensemble. Ce n’est pas en comptant des bûchettes minables qu’on obtient l’engagement personnel.
Mais compter les bûchettes, c’est facile. C’est confortable pour la notation, sans risque pour sa carrière. Un commandement réussi est un commandement sans embrouille. De cette façon, pas de surprise possible, mais il manque une chose : l’estime, le respect. On ne part pas à la guerre avec un comptable, or un chef militaire, et un chef de gendarmerie est un chef militaire, n’entraîne personne avec lui s’il est un comptable.
Que les comptables se contentent de compter et qu’ils laissent la place !
Il est plus difficile de juger avec discernement, cela mérite des qualités. Il est plus difficile de décider. Alors pour masquer la médiocrité, l’autre outil est la sévérité imbécile, l’autorité capricieuse, et sans surprise nous nous nous rendons compte que moins le chef a d’envergure plus dures sont les punitions qu’il inflige ou qu’il demande. Il n’y a qu’à voir l’état des punitions des gendarmes ( suivez ce lien ) pour  se rendre compte du mal fait à la gendarmerie. La cour rapporte ses constatations aux sanctions en police.  S’il y a autant de punitions, c’est que les chefs ne font pas leur travail. Impuissants par incompétence ils ne peuvent que sanctionner sans mesure. Ils font du chiffre là aussi. Si ce n’était que cela, mais quelques cas extrêmes nous conduisent à parler de drames véritables.
Que fait l’IGA-G demande le ministre de la défense ? Mais que fait la commission des recours militaires et le ministre, j’ajoute ? La direction de la gendarmerie, nous savons, elle couvre les bavures de la hiérarchie. Nous avons même vu qu’elle allait à l’encontre des décisions de justice à Strasbourg, alors rien à espérer. ( suivre ce lien )

 

Alors, pour se faire obéir, pour obtenir un résultat si facile à décrocher lorsque le respect et la confiance règnent, il faut récompenser, donner des primes.
L’argent a remplacé l’envie de faire un bon et bel ouvrage. Plus besoin de conscience professionnelle, plus besoin de respect pour ses chefs et pour la mission, il n’y a que le fric pour faire avancer la troupe. Quel échec pour le commandement !
Et fatalement, on arrive à du n’importe quoi. Regardez cet article « le pécheur verbalisé pour avoir oublié sa canne à pêche » ( suivez ce lien ) ainsi que celui-là. Imaginez ce que cela peut donner sur les routes !!!
Mais nous signale Léandre, il y a mieux. Même le personnel chargé du recrutement touche une prime par recrutement réussi. Il ne faut pas chercher plus loin la qualité des personnels recrutés et spécialement les gendarmes adjoints volontaires dont la qualité n’est pas « constante » .

 

Il faut une refonte complète dans l’institution gendarmerie, me dit un général, pour revenir à un peu de raison, le personnel est là, la qualité demeure, le système est prêt à fonctionner à 100 % et que l’on arrête de nous parler de manque d’effectifs, c’est encore une fois une excuse, un prétexte pour éviter de faire un constat accablant pour toute une suite de responsables.
On est et reste gendarme parce que l’on aime un métier, pas pour un emploi sinon il y a tellement mieux dans n’importe quelle administration.
.
.
.
.
.

Désireriez-vous qu'un FORUM DE DISCUSSION soit couplé au site Armee-Media

View Results

Loading ... Loading ...
.
.
.
.
.

9 Réponses pour L’obscure clarté qui tombe des étoiles….. n’éclaire plus rien en gendarmerie

  1. Bonjour
    Désolé mais Je ne trouve pas d’autre moyen que celui-ci pour faire passer mon message destiné à tous les personnels !!!!
    Je vais utiliser un pseudonyme et une fausse adresse mail, encore désolé
    Chacun dois le savoir.
    Les forces de l’ordre (police-gendarmerie), les autres institutions également, toute la fonction publique, doivent être mises au courant.
    Les TEXTES sont établis et prêts à être édités, votés et utilisés.
    Je le sais de source sûre.
    La fonction publique, les militaires et les forces de l’ordre ont, jusqu’ici, des avantages indéniables et surtout concernant la retraite.
    Et bien, c’est là que j’en viens.
    TOUS, oui j’ai bien dit  » T O U S  » ces avantages vont disparaitre.
    Voilà on y est.
    Les départs anticipés, les allocations et bonifications (troisième enfant, une annuité tous les cinq ans, etc) oui tout çà va sauter !!!!
    Il n’y aura AUCUN compromis pour Les forces de l’ordre et militaires !!!!! ???? !!!!!!
    ALORS, A QUOI BON PRENDRE DES RISQUES SI, AU BOUT DU COMPTE, IL N’Y A RIEN DE PLUS QU’UN SIMPLE gratte papier…….
    Il faut faire quelque chose, prendre les devants, ne pas attendre que cela nous tombe sur le nez !!!!
    Voilà, j’ai passé l’info, à vous de la faire passer également à tous et toutes.
    Merci d’avance et bon courage.

  2. Messieurs les auteurs de cet article, pourriez-vous vous presenter ici pour des gens comme moi qui ne savent pas, toutes mes excuses, qui vous êtes et où vous êtes arrivés dans l’Arme ?

  3. Bonsoir.
    Du vrai dans cet article, et beaucoup de démagogie. Je suis représentant du personnel militaire sur ma compagnie, et je puis vous assurer que parmi les préoccupations principales figurent, n’en déplaise à M Mestrie, en tête de liste : les matériels (voitures notamment), casernement (de + en + délabrés, plus d’entretien…), charge de travail malgré l’ère informatique (charges de justices notamment et surtout administratives) … Pour le reste, toujours facile de trouver des exemples à 2 balles comme cette nouvelle infraction (qui n’exite pas d’ailleurs) d’abandon de canne, info pompée sur closer, public ou torche c du même genre… Par contre, oui, nous sommes dans une époque du chiffre, et c’est bien là le problème. Je suis sur la fin et c’est tant mieux, car subir les assauts voir les injures de tous bords çà suffit, parce que moi comme la grande majorité de mes collègues, c’est de notre vie et non de notre carrière que nous avons le plus peur. Mais çà, il faut être sur le terrain pour le savoir… ce n’est pas donné à tout le monde. A bon entendeur.

    • Ronald Guillaumont

      Cher Mr Pymem, à la lecture de votre commentaire je ne vous critiquerai surement pas, au contraire cela me laisse un gout amer de vous avoir lu. Et bien sur je vous donne en grande partie raison.

      Ce que je retiens de votre commentaire est davantage une impression, l’impression d’un homme fatigué, usé qui envers et contre tout défend son Arme.

      Croyez bien que l’article que vous venez de commenter n’est en rien une critique mais bien davantage une amère constatation d’un situation que nous constatons de jour en jour.

      Mr Mestries et moi même nous avons été sur le terrain bien avant vous et ce que nous voyons aujourd’hui ne correspond plus du tout à ce que nous avons connu. C’est pourquoi nous nous exprimons ici en espérant (vainement ?) que cela change et redevienne ce que cela aurait du être…

      Ce que je retiens de votre commentaire c’est la réaction d’un homme qui, comme nous, aime son Arme mais qui semble fatigué et désabusé de la réalité actuelle. Finalement nous nous rejoignons totalement.

  4. Oui mon Général, vous avez une parfaite vision de la situation, mais que faisiez vous lorsque vous étiez aux commandes ? ? ?

  5. Ronald Guillaumont

    Si l’obscure clarté des étoiles ne nous éclaire plus, au moins ce texte a le mérite de nous éclairer sur les injustices que subissent les gendarmes.

    Non seulement ils se doivent de rester muet, n’ont pas le droit aux syndicats ni aux associations professionnelles mais en plus ils sont soumis à un régime disciplinaire que l’on peut qualifier de hors normes par rapport aux policiers.

    En effet, les liens placés dans ce texte sont tous intéressants à lire et parfois révélateurs de chose que l’on ne soupçonne même pas… C’est pourquoi je ne peu m’empêcher de reproduire ci-dessous un extrait concernant la fonction disciplinaire au sein de la gendarmerie :

    2- La fonction disciplinaire au sein de la gendarmerie nationale

    L’intégration de la gendarmerie au sein du ministère placé sous l’autorité du ministre de l’intérieur n’a pas conduit, au moins formellement, à conférer à ce dernier le pouvoir disciplinaire sur les gendarmes. Ce pouvoir reste en effet le vôtre, en raison du statut militaire des gendarmes : cette particularité tient surtout du symbole et se révèle sans grande incidence réelle.

    Spécifique par rapport à la fonction publique civile en ce qu’il prévoit des procédures et de sanctions particulières, le régime disciplinaire et son exercice sur les gendarmes -3 600 sanctions, tous niveaux confondus, prononcées en moyenne par an- montrent, sous réserve de de l’exhaustivité des données relatives aux policiers, une application des sanctions de 60 à 70% plus importante qu’elle ne l’est pour les policiers. Cette différence mériterait d’être analysée.

    http://www.ccomptes.fr/fr../layout/set/print/content/download/44874/775597/version/1/file/refere_62613_gendarmerie_nationale.pdf

  6. Retraité gendarmerie.

    Le problème de la gendarmerie est le manque de vision à long terme de la part des chefs qui ne veulent pas se frotter aux élus en cas de restructuration de peur que ces derniers saisissent les ministres par le truchement du bureau de la correspondance parlementaire et qu’il y ait ainsi des comptes à rendre.

    Par ailleurs il y a une tendance à vouloir maintenir des structures dans le but non avoué de maintenir des postes de commandement (escadrons, compagnies, régions).

    Un exemple simple : plutôt que d’avoir une centaine d’escadrons de gendarmerie mobile à l’effectif d’environ 105, il vaudrait mieux avoir une soixante d’escadrons avec un effectif d’environ 200 et réduire ainsi le coût en personnel des soutiens. Le problème non avoué est que cela supprimerait des postes de commandement.

  7. On passe notre temps à nous justifier. Justifier (ou sanctionné) pour de simple fait non gravissimes. Justifier même de bien faire notre boulot. Boulot qui passera à la trappe judiciaire. Finalement à quoi bon?

  8. Une fois de plus, je vais intervenir, pour dire combien ce texte reflète bien la vérité, les vrais problèmes ne sont jamais traités.

    Les gendarmes peuvent bien trouver toutes les excuses du monde, y compris les plus pourries (de toutes fraîches viennent de sortir sur un forum) ils ont peur pour leur carrière, et pas pour leur vie.
    On se mouille mais pas trop, juste de quoi essayer de tromper son monde.

    C’est bien ce qui se passe TPMG.
    Chacun appliquant ce qui se dit dans les salles de garde.

    Les gendarmes ont bien de la chance d’avoir une poignée d’hommes de bonne volonté, qui les défendent avec sincérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *