Rafale : Faites vos jeux

280 vues

 

Fin janvier dernier, nous ne pouvions manquer le « cocorico » français qui était à la Une de quasiment tous les médias relayant l’information, qui titraient : L’Inde commande 126 Rafales,  … Dassault vend 126 Rafale à l’Inde,  ou encore Dassault va vendre 126 Rafale à l’Inde    etc …

Le président Nicolas Sarkozy, à l’occasion de ses vœux à la presse, avait salué un « succès considérable » remporté par la France et son industrie.

 

 

Le ministre de la Défense, Gérard Longuet avait renchéri, précisant que cette vente était « une bonne nouvelle pour toute la France et donc pour son président ». « C’est un engagement pour 30 à 40 ans de la part des Indiens. C’est un partenariat ancien qui est confirmé, une grande fierté pour l’industrie française« , avait-il déclaré dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

Cependant, plusieurs journalistes, spécialistes des questions de défense titraient sur leurs blogs qu’il était bien rapide de célébrer cette victoire :
Rafale en Inde: trop tôt pour sortir le Champagne, publiait philippe Chapleau dans Lignes de défense, pendant que Jean-Dominique Merchet, dans un article paru sur secret défense appelait à une certaine prudence : « Une certaine prudence reste de mise, comme l’a exprimé Pierre Lellouche, secrétaire d’Etat au commerce extérieur :  « il reste à finaliser un certain nombre de choses (…) A ce stade, je veux être prudent, on est dans une phase de négociation exclusive« .


Armée média, de son coté, prudemment,avait utilisé le conditionnel pour annoncer la nouvelle : Le « Rafale », éternel perdant dans toutes les compétitions à international depuis 10 ans, nous avait habitué au fait qu’aucun pays ne voulait l’acheter pour équiper son armée, à part bien sur la France. Aujourd’hui, avec 126 appareils qui devraient être vendus à l’Inde, le mauvais oeil semble avoir quitté Dassault.

Il semble aujourd’hui que les sceptiques ont bien fait de ne pas chanter avec les coqs, enfin … pas encore …, car on apprend dans le « Financial Times » que BAE Systems (1) est prêt à diminuer le prix de l’Eurofighter Typhon afin de rediscuter le contrat avec l’Inde et tenter de reprendre la main en contrecarrant Dassault.

« Je vais discuter avec nos partenaires sur la suite à donner. De mon point de vue, toutes les options sont sur la table« , a déclaré Ian King, le directeur général de BAE Systems au quotidien économique du mardi 7 février.

A suivre …

Michel Munier

 

(1) BAE Systems est une entreprise britannique travaillant dans les secteurs de la défense et de l’aérospatiale, et qui participe au projet Eurofighter Typhoon

 

Lire également : http://www.armee-media.com/2012/01/31/une-rafale-de-rafales-pour-linde/

 

2 Réponses pour Rafale : Faites vos jeux

  1. « Le commerce est l’école de la tromperie. »
    de Vauvenargues

  2. Si Sarko l’a dit, c’est que c’est vrai. Comme tout ce qu’il a dit avant CQFD !

    La vérité, si je mens 1, 2, 3, 4 et 5 ans!

    Le contrat n’aurait donc pas été signé à l’insu du plein gré de qui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>