Affaire GUEDON: L’étau se resserre autour du Colonel GUICHARD, commandant la Gendarmerie de l’Air à Vélizy-Villacoublay

10 573 vues

le-general-d-armee-denis-favier-remet-la-croix-d-officier-dans-l-ordre-national-du-merite-au-colonel-philippe-guichard-photo-sirpa-gendarmerie-maj-balsamo-1479278308

Affaire GUEDON:

L’étau se resserre autour du Colonel GUICHARD, commandant la Gendarmerie de l’Air

à Vélizy-Villacoublay

Par courrier recommandé avec accusé de réception en date du 31 mai 2018, l’adjudant-chef GUEDON demande des explications au Colonel GUICHARD, commandant la Gendarmerie de l’Air sur ses droits à permissions suite aux affirmations figurant dans les conclusions en défense du Ministère de l’Intérieur produites au Tribunal administratif de VERSAILLES.

Rappelons que ce colonel avait déjà fait l’objet d’un très long courrier de l’adjudant-chef GUEDON resté sans réponse à ce jour, lequel, l’impliquait dans le harcèlement moral hiérarchique au travail qu’il subissait.

Pour lire notre article intitulé « Harcèlement de l’adjudant-chef GUEDON: Le commandant de la Gendarmerie de l’Air dans la boucle. » , cliquer (ICI).

Comment un colonel, commandant de cette gendarmerie spécialisée, bientôt général peut-il s’abstenir de ses obligations envers une victime de violences psychologiques sur subordonné attestées tant par les médecins civils que par les médecins militaires du Service Santé des Armées?

Il est souvent évoqué l’exemplarité du chef militaire. L’affaire GUEDON a largement démontré que les chefs ont failli à tous les niveaux sur ce point. Comme on dit dans le jargon militaire: «les loups ne se mangent pas entre eux!» . C’est un fait! On pouvait s’attendre à un soutien de quelques agneaux solidaires envers la victime. Mais là encore, il semble que la plupart de bêtes du troupeau aient été mordus par ces loups pour se métamorphoser en lycanthropes.

lycanthrope

A l’avenir, il va falloir certainement se munir de balles d’argent pour en venir à bout, c’est à craindre!

Ci-après, le texte de la lettre adressée par l’adjudant-chef GUEDON au colonel GUICHARD.

(…)

OBJET: Demande d’explication sur mes droits à permissions.

Mon Colonel

Dans le cadre de ma requête en référé suspension adressée au Tribunal Administratif de VERSAILLES, le Ministère de l’Intérieur (MININT) a produit en justice divers documents émanant de la Gendarmerie de l’Air à Vélizy-Villacoublay.

Dans les conclusions en défense du Ministère de l’Intérieur, il est stipulé le paragraphe suivant:

« Le lendemain de sa sortie de l’HIA de Percy, soit le 30 mars 2018, le médecin de l’antenne médical le revoit en consultation. Le requérant lui fait part de son arrêt de maladie du 29 mars au 9 avril 2018 mais indique au médecin qu’il souhaiterait bénéficier de permissions plutôt que de l’arrêt de travail transmis la veille. A la suite de cette discussion et après examen de l’intéressé, le médecin de l’antenne médical convient alors de le déclarer apte mais avec les mêmes restrictions (port de l’arme notamment).

Le requérant demande alors à sa hiérarchie de ne pas tenir compte de son arrêt de maladie et indique qu’il souhaiterait bénéficier de permissions, ce qui, conformément à l’arrêt de travail transmis le 29 mars 2018, lui est refusé et il est alors placé en arrêt de maladie conformément à cet arrêt de travail (pièce jointe n° 3)».

En votre qualité de commandant de la Gendarmerie de l’Air, vous ne pouvez en aucune manière ignorer que ces éléments produits en justice au soutien des intérêts du Ministère de l’Intérieur sont totalement faux et purement mensongers, ce qui engage votre responsabilité personnelle en la matière, puisque ces éléments ont permis de tromper la religion du juge des référés.

A cet effet, je vous demande de me produire la preuve du refus opposé à ma demande de permission accompagnée des éléments de motivation ayant conduit à ce refus ainsi que ma demande de permission comme cela est indiqué dans les conclusions du MININT.

Très respectueusement.

ADC GUEDON Gérard

Commentaire:

La liste des faux en écriture au sein de cette Gendarmerie de l’Air s’allonge de jour en jour. Il appartient au colonel GUICHARD, d’apporter la preuve de ces éléments produits en justice contestés par l’adjudant-chef GUEDON qui n’a formulé aucune demande de permission. Le temps de la vérité est certainement plus long que celui du mensonge, mais le temps de répondre de ses actes et de ses mensonges arrivera en temps opportun. La Justice attendra autre chose que le silence coupable actuel de ces différents acteurs institutionnels.

Pour lire la lettre originale, cliquer sur le lien ci-dessous:

lettre colonel GUICHARD

Source: https://www.senat.fr/rap/l98-225/l98-2257.html

  • Un petit rappel:

N° 225 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1998-1999 – Annexe au procès-verbal de la séance du 17 février 1999.

(…)

Votre commission ne peut que se féliciter que le présent projet de loi soit enfin présenté, alors que les justiciables militaires auraient dû bénéficier depuis longtemps des garanties offertes aux autres justiciables.

(…)

Dans les débats sur la justice militaire, on a coutume de citer cette phrase de Napoléon Bonaparte: « La justice est une en France: on est citoyen français avant d’être soldat« . Votre commission souscrit à cette philosophie et approuve donc l’esprit de ce projet de loi, qui marque un nouveau rapprochement entre la situation des justiciables militaires et celle des autres justiciables.

Nous sommes en 2018, 19 ans après et ce n’est toujours pas d’actualité! Il y a les discours et les actes!

Une réponse pour Affaire GUEDON: L’étau se resserre autour du Colonel GUICHARD, commandant la Gendarmerie de l’Air à Vélizy-Villacoublay

  1. Cher camarade.

    Ne te laisses pas faire. Cet officier faut le traduire devant le tribunal pour qu’il soit sévèrement condamné. J’ai regardé attentivement tes documents que tu m’as adressés en MP. Aucun souci. IL n’a rien fait pour te protéger, bien au contraire. Gardes les autres documents qu’il va t’adresser, cela va te servir devant la juridiction. Il va persévérer dans sa bêtise et son manque de protection. Courage. F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *