Maggy Biskupski, figure du mouvement de colère policier, s’est suicidée avec son arme de service

1 748 vues

Maggy Biskupski, figure du mouvement de colère policier, s’est suicidée avec son arme de service

Maggy Biskupski

Maggy Biskupski était membre de la BAC de nuit des Yvelines et la présidente de l’association « Mobilisation des policiers en colère ». Elle a mis fin à ses jours lundi soir à son domicile.

Source: https://fr.news.yahoo.com/maggy-biskupski-figure-mouvement-col%C3%A8re-055417677.html

Franceinfo 

Maggy Biskupski, l’un des porte-voix du mouvement de colère des policiers qui avait éclaté après l’attaque de Viry-Châtillon en octobre 2016, s’est suicidée lundi 12 novembre dans la soirée avec son arme de service, à son domicile de Carrières-sous-Poissy dans les Yvelines, selon des informations de France Bleu Paris.

Maggy Biskupski était membre de la BAC de nuit des Yvelines et la présidente de l’association « Mobilisation des policiers en colère ». Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner lui a rendu hommage dans la nuit de lundi à mardi sur Twitter.

(…)

Pour ses prises de positions après l’attaque de Viry-Châtillon, Maggy Biskupski était visée par une procédure de l’IGPN pour être sortie de son devoir de réserve. Elle avait récemment enchainé les plateaux de télévision, notamment après avoir été confrontée à l’écrivain Yann Moix qui avait eu des mots très durs à l’égard des forces de l’ordre lors de l’émission (…)

Le suicide de Maggy Biskupski pourrait être « la goutte d’eau » qui fera déborder « un vase bien trop volumineux »

Source: https://www.francetvinfo.fr/societe/manifestation-des-policiers/le-suicide-de-maggy-biskupski-peut-etre-la-goutte-d-eau-qui-fera-deborder-un-vase-bien-trop-volumineux_3031661.html
franceinfoRadio France publié le 
Noam Anouar, membre du syndicat Vigipolice, dont Maggy Biskupski était une figure, dénonce sur franceinfo mardi le malaise général qui s’est emparé de la profession.

Maggy Biskupski s’est suicidée avec son arme de service, lundi 12 novembre. Elle était l’un des porte-voix du mouvement « Mobilisation des policiers en colère » qui avait éclaté après l’attaque de Viry-Châtillon en octobre 2016. Noam Anouar, membre du syndicat Vigipolice, craint mardi 13 novembre sur franceinfo « que cette terrible nouvelle soit la goutte d’eau qui fasse déborder un vase bien trop volumineux ». Il est, comme l’était aussi Maggy Biskupski, poursuivi par l’inspection générale de la police nationale (IGPN) pour violation du devoir de réserve.

franceinfo : Comment avez-vous réagi à l’annonce du suicide de Maggy Biskupski ?

Noam Anouar : C’est malheureusement un drame qui s’ajoute à une liste déjà beaucoup trop longue. Pas plus tard que lundi dernier, un gendarme s’est donné la mort dans les jardins de Matignon. La semaine dernière, c’était un policier de la police aux frontières de Roissy. Et la liste est très longue. Je dirais que ce suicide est particulièrement violent du fait de la personnalité de Maggy qu’on appréciait tous, qui était très engagée dans son combat pour plus d’égalité et de meilleures conditions de travail dans notre métier. Malheureusement, il semblerait qu’elle ait payé de sa vie son engagement.

Maggy Biskupski s’est suicidée avec son arme de service. Elle était visée par une enquête de l’IGPN, la police des polices. Ce sont des éléments qui vous interpellent ?

Être policier aujourd’hui, c’est être entre le marteau et l’enclume. Vous subissez les foudres et la rancœur de la population puisqu’il s’agit de faire appliquer des lois qui sont parfois contraignantes et coercitives. Et effectivement la hiérarchie, depuis quelques années, est particulièrement oppressante dans la police. Maggy et moi-même en savons quelque chose puisque, pour être intervenu sur les plateaux et avoir défendu nos idées, on est systématiquement mis en cause par l’IGPN, menacé sur nos carrières personnelles, nos revenus. On est l’objet d’un chantage parce qu’on décide de dénoncer un climat délétère au sein de la profession qui se traduit, entre autre, par 80 suicides par an, le risque d’atteinte mortelle liée au terrorisme, au banditisme. Ça commence à faire beaucoup et je crains que ce suicide, cette terrible nouvelle, soit la goutte qui fasse déborder un vase malheureusement bien trop volumineux.

Après les manifestations en 2016, le directeur de la police national Jean-Marc Falcone avait affirmé ne pas être « en mode sanction » après avoir saisi l’IGPN. Vous et Maggy Biskupski êtes pourtant poursuivis ?

Oui, tout à fait. C’est ce que j’ai mentionné à l’IGPN. On m’a répondu que pour ceux qui avaient manifesté, il y aurait une certaine forme d’indulgence, mais pas pour ceux qui avaient parlé. C’est mot pour mot ce qui avait été dit. On m’a dit que ceux qui ont porté des messages devaient être sanctionnés.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a rendu hommage à Maggy Biskupski…

Tous les messages de condoléances sont les bienvenus, mais bon, aujourd’hui, qu’est-ce qu’on fait ? M. Collomb avait convoqué les syndicats et proposé un plan anti-suicide qui vraisemblablement n’a pas porté ses fruits. Comment est-ce qu’on réagit après un tel acte ?

Le gendarme qui est mort dans les jardins de Matignon…On a nettoyé la flaque de sang, on l’a inhumé, on l’a fait remplacer par un de ses collègues et aujourd’hui il a été complètement oublié

Noam Anouar à franceinfo

Quand est-ce qu’on va pouvoir donner suite à ces appels au secours et à ces renoncements à la vie qu’ont exprimés certains de nos collègues ? Est-ce normal aujourd’hui de mourir pour son métier de cette façon-là ? Je pose la question.

« C’est le suicide de trop. La police doit baisser les yeux et tout accepter… »

Source: https://www.sudradio.fr/faits-divers/cest-le-suicide-de-trop-la-police-doit-baisser-les-yeux-et-tout-accepter

/ Mardi 13 novembre 2018 à 09:25

Aurélie, de l’association Femmes de policiers en colère, a réagi au suicide de Maggy Biskupski, la présidente de l’association Policiers en colère. Très émue, elle parle du « suicide de trop », le 76e depuis le début de l’année dans la police nationale.

Au lendemain du suicide de Maggy Biskupski, présidente de l’association Policiers en colère, Aurélie, membre de l’association Femmes de policiers en colère, a fait part de son émotion et de sa colère.

(…)

Je devais monter chez elle pour une action sur Paris. J’ai encore eu des messages cette semaine. Tout allait bien. Rien ne laissait paraître ce drame. C’est le suicide de trop pour moi. Je suis anéantie. La police nationale est anéantie. Je n’aurais jamais cru qu’elle, aussi forte qu’elle était, avec la hargne qu’elle mettait dans son mouvement, le courage, tous les coups qu’elle encaissait, par la hiérarchie, par son gouvernement, par une certaine presse comme on l’a vu dans Le Point il n’y a pas longtemps… J’espère que là-haut, ils vont en prendre note. Il ne faut pas faire de vague, il ne faut rien dire dans ce pays, il ne faut rien dénoncer. La police nationale doit se tenir droite, baisser les yeux et tout accepter. Merci au devoir de réserve qui sert bien ce gouvernement. On en est à 76 suicides depuis le début de l’année. Je ne sais pas si les gens se rendent compte, si le gouvernement se rend compte… »

Propos recueillis par Félix Mathieu pour Sud Radio

4 Réponses pour Maggy Biskupski, figure du mouvement de colère policier, s’est suicidée avec son arme de service

  1. Christian SÉBENNE

    Marche blanche en hommage à Maggy Biskupski : les policiers en colère se mobilisent

    Le 24 novembre à Paris, les policiers marcheront en l’honneur de Maggy Biskupski, la policière militante qui s’est suicidée le 12 novembre. A cette occasion, le porte-parole de l’association policière UPNI a accordé un entretien à RT France.

    Maggy Biskupski était devenue l’incarnation du mal-être policier au fil des émissions de télévision. Issue de la manifestation des policiers en colère qui avait suivi les violences contre la police de Viry-Châtillon en 2016, le grand public avait particulièrement retenu la violente charge médiatique qu’elle avait reçue de la part du polémiste Yann Moix sur les plateau des Terriens du samedi sur C8, en septembre dernier. Le 12 novembre, la policière militante de 36 ans a utilisé son son arme de service pour mettre fin à ses jours.

    Hasard du calendrier : la marche blanche organisée à Paris en son hommage le 24 novembre tombe le même jour que la manifestation des Gilets jaunes et que la mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles. Les policiers et les citoyens qui souhaitent apporter leur soutien sont malgré tout conviés à marcher en mémoire de celle que les policiers appellent simplement Maggy.

    Pour évoquer les questions du mal-être policier et des circonstances tragiques de la disparition de cette dernière, Jean-Pierre Colombies a accordé un entretien à RT France. En retraite des force de police, il a récemment rejoint l’association de l’Union des policiers nationaux indépendants (UPNI) en tant que porte-parole. Cette organisation policière, dont les membres ne sont pas protégés par un mandat syndical, est apolitique et milite pour que les policiers puissent effectuer leur travail dans de meilleures conditions.
    Marche blanche en hommage à Maggy Biskupski : les policiers en colère se mobilisent (ENTRETIEN)

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=WCzx-uRU0CM

    https://francais.rt.com/france/55742-marche-blanche-hommage-maggy-biskupski-policiers-colere-se-mobilisent-entretien

  2. encore un gros fake !

  3. Un suicide???
    Il est des  »morts subites » qui arrivent au bon moment.
    Bérégovoy, s’est  »suicidé » en se tirant deux balles de 357 dans la tête.
    François de Grossouvre, 1 balle de 357.
    Le juge Renaud, 5 balles de 38 spécial.
    Jean de Broglie, deux balles dans la nuque.
    Robert Boulin, tabassé puis  »noyé »
    Joseph Fontanet, ami de Robert Boulin, Une balle de 11.43..
    René Lucet,  »suicidé » avec deux balles dans la tête.
    François de Grossouvre s’est  »suicidé » dans son bureau, une balle dans la tête, retrouvé avec un sac en plastique sur la tête…
    C’est dingue hein. Je suis convaincu que Maggy dérangeait,  »suicidée » juste avant le 17 novembre… comme dérangeaient Balavoine, Coluche, Edern-Hallier…

    • Il semble évident que la mort de la commissaire Maggy Biskupski paraisse plus que suspect, or, ces épidémies de suicides présumées apparaissent comme des conclusions d’accommodements qui arrangent un pouvoir déjà illégitime et prêt à toutes les compromissions lorsque le grand banditisme au pouvoir qui ne supporte pas la critique et la remise en question, se permet toutes les dérives de délinquances à un niveau interstellaire comme les affaires suivantes et pour ne citer que quelques unes:
      Balladur, Sarkôzy, Clearstream, EPAD… et de tant d’autres… AIR-France, GDF/Linky/Anne Lauvergeon, Aéroports de Paris (Orly, Le Bourget, CDG), FDJ Française des Jeux, Crédit Lyonnais, le scandale de la Cour des Comptes, le non moins hyper scandale du RSI dont le directeur Stéphane Sellier responsable du désastre, de faillites et de suicides en masse vient d’être promu Conseiller Maitre à la Cour des Comptes… on patauge, on brasse dans la “marde“.

      Sans oublier les scandales bancaires, le scandale du Libor ou de la directive BRRD, ou de la COP21, les hausses d’impôts et taxes faramineuses et apocalyptiques notamment sur le carburant alors que le prix de celui ci à la production est en chute libre… souhaitons que le coup de semonce de cette journée « gilet jaune » en ce 17 novembre fasse réfléchir l’oligarchie.

      Or, la liste est tellement longue que tôt ou tard il faudra mettre les points sur les « i » à toute cette bande de voleurs et d’assassins formatés par l’ENA, en ce sens, qui ne connaît pas la fameuse déclaration de François Hollande qui se vantait d’être payé à ne rien faire, celle-ci en dit long sur la mentalité de cette caste.

      http://www.observatoiredesgaspillages.com/2014/10/quand-hollande-se-vantait-d-etre-paye-a-ne-rien-faire/

      Formé à l’école de la haute délinquance en col blanc qu’est l’ENA, celle-ci qui se devrait d’être un modèle de probité est en faillite, pace que tout est lié… l’exemple vient de haut.

      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/10/15/20002-20181015ARTFIG00071-l-ena-va-devoir-reduire-ses-couts-de-fonctionnement-pour-eviter-la-faillite.php

      https://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/l-ena-cette-ecole-contestee-qui-continue-de-diriger-la-france-21343/

      A la liste que vous venez de donner, on peut y ajouter la mort quelque peu étrange du Gendarme Christian Jambert suicidé de deux balles, que dire aussi du directeur de la Police de Limoges Helric Fredou, dont la mort est elle aussi très suspect, dans un environnement déjà plus que douteux en plein dans le charliehebdogate.

      https://www.crashdebug.fr/actualites-france/10029-l-etrange-suicide-du-commissaire-fredou

      Charlie Hebdo : le mensonge-clé de Jeannette Bougrab…

      http://www.panamza.com/080615-charlie-bougrab/

      Christian Sébenne
      Ancien propriétaire du magazine Africa International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *