Philippe Le Bel s’en reviendrait-il? Par Christian SEBENE

2 591 vues

Philippe Le Bel s’en reviendrait-il?

Par Christian SEBENE

Philippe le Bel

Avant-propos :

Pour la France, battre sa monnaie est un droit régalien de l’État non négociable !

Avec une pression fiscale de prélèvements obligatoires de 1038 milliards d’euros, la France détient le triste record *du gangstérisme d’Etat, or, de cette funeste conjoncture, l’Assemblée Nationale a trouvé le moyen d’arrondir ses fins de mois en exigeant une rallonge de 47 millions d’euros, quand à l’immigration qui coûterait aux contribuables 164 milliards d’euros celle-ci sera imposée aux populations en les droguant d’une hormone de croissance, et, comme un malheur ne vient jamais seul, alors que Pôle-emploi “pousse“ les français à s’expatrier, la récente restructuration imposée à La Poste par ce gouvernement autoproclamé, tient lieu de démantèlement d’un bijou que nous enviaient moult pays, vient de faire exploser une pagaille monstre par la non distribution du courrier, il n’en fallait pas plus pour que les banksters rebondissent sur ce séisme pour spolier un peu plus leurs clients victimes de ces rétentions postales en prélevant illico des frais NPAI ahurissant et indus. En sus, le quidam est saigné par l’explosion de taxes sur les carburants, fait face à une industrie du PV à 50€ pour un stationnement gênant, à un PV de 135€ pour excès de vitesse à 56 km/h au lieu de 50, et une mise en fourrière à 208€… sur fond des “conneries“ Macronienne dixit l’épouse de celui-ci. Que dire du péage urbain quand l’Etat dilapide nos avoirs, institutions, patrimoine, agriculture et industries. Or, face à ce marigot de “Taille, Octroi et Gabelle“, l’article a pour but de conscientiser sur ce privilège de créer la monnaie à partir de rien, droit régalien, propriété de notre Etat, et non un privilège inique attribué aux banquiers, pas plus que d’engraisser la Banque Centrale Européenne de l’UERSS stérile. Christian Sébenne

Philippe Le Bel s’en reviendrait-il

S’il fit bruler les Templiers pour une pseudo usure bancaire

Demain quel sort réservera t’il à ces Banksters félons ?

les templiers protègent des routes de pèlerinage

Blason bouclier crois des templiers

Non nobis, domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam ——– Pas pour nous, seigneur, pas pour nous, mais pour la gloire de ton nom (Devise templière)

Pour ceux qui sont férus d’histoire, la période où le roi Philippe IV accède au trône en 1285 baigne dans une atmosphère de banqueroute et dans cet ersatz qu’est alors la France, on est encore loin des dimensions hexagonales acquises avec sagesse par le roi Louis XI dont celui-ci en fera le but de sa vie, les difficultés financières perdureront au cours du règne de Philippe, l’un des plus longs qu’ait connu notre pays (1285 à 1314).

C’est au cours de cette époque, comme nous l’avons entrevu récemment dans l’un des derniers articles sur  Les Croisades  mis en ligne par Armée Media, que nous avons eu un aperçu de ce que fut l’Ordre des Templiers qui aborde là sa dernière ligne droite “visible“. Pour nous résumer, l’Ordre du Temple qui était un ordre religieux et militaire composé de moines soldats issus de la chevalerie chrétienne disposait de privilèges ne répondait qu’au et devant le Pape, c’est à dire de Rome. Ils représentent le nouvel empereur, et à ce titre, ils lèvent même des impôts. Très vite l’ordre du Temple va devenir la première fortune et la première puissance européenne, pouvoir des pouvoirs dont le roi de France qui devait lui-même allégeance à sa Sainteté le Pape pris ombrage de ce pouvoir parallèle à la puissance phénoménale tant religieuse, que politique, diplomatique et financière que représentait l’Ordre du Temple.

À son apogée, l’Ordre des Templiers dont le domaine patrimonial s’étendait en Europe et au Proche-Orient regroupait entre 2000 et 3000 commanderies, et, abbayes, évêchés, monastères, maillage de vastes territoires agricoles, auxquels vient se greffer toute une flotte de navires marchands que possédèrent les Blancs-Manteaux frappés de la croix pattée rouge, qui servaient aussi bien au transport des pèlerins que des marchandises.

Tout au long de la route terrestre ou maritime, il se trouva bientôt des templeries et des commanderies offrant aux pèlerins sécurité, gîte et couvert – et même, au besoin, regarnissant leur bourse en bons écus sonnants et trébuchants. D’ailleurs, en ces temps où les routes étaient peu sures, les Templiers étant implantés dans toute l’Europe : chaque pèlerin, avant de partir, se rendait à la commanderie la plus proche pour y verser une somme, il recevait en échange un billet à ordre valable dans n’importe quelle templerie d’occident ou d’orient, dès lors, on peut raisonnablement révéler qu’ils inventèrent la banque. Il est évident que la puissance de la multinationale de ces moines soldats banquiers et surtout armateurs était à même de suggérer bien des convoitises.

Larzac Commanderie de La Couvertoirade

Larzac, Commanderie de La Couvertoirade

Syrie Le Krak des chevaliers il y a 900 ans

Syrie, Le Krak des chevaliers, il y a 900 ans

S’il, est un parallèle que l’on puisse faire entre jadis et aujourd’hui, est que du temps de Philippe Le Bel, le pouvoir était exsangue et la pauvreté des revenus du roi ne lui suffisait pas à assurer son train de vie pas plus que pour assumer les guerres. Pour parer à ce handicap, et compte tenu des fleuves d’or dont certains s’empiffraient, il confisqua jusqu’à saturation les biens et les richesses de diverses catégories du peuple décrétées persona non grata que furent les Juifs, les banquiers lombards et les Templiers. L’argent créant le besoin d’argent, Philippe IV se livrera aussi à des manipulations financières, comme la dévaluation de la monnaie.

Les Templiers devenus impopulaires pour plusieurs raisons dont l’ultime fut la perte de la ville de Saint-Jean d’Acre qui entraînera celle de la Terre Sainte, cet échec changea la donne, Philippe Le Bel qui convoitait le trésor des Templiers se mit en quête d’accumuler des charges contre l’Ordre. Cependant, pour nombre d’historiens, les motivations du roi de France sont ailleurs. Philippe le Bel est le dernier des Capétiens ; la souveraineté de l’État commence à s’affirmer. Pour lui, une institution indépendante et internationale de 15 000 hommes est une menace, l’idée de détruire le Temple était déjà présente dans l’esprit du roi de France, mais il manquait de preuves et d’aveux afin d’entamer un procès.

Or, ce fut chose faite grâce à un atout majeur déniché par Guillaume de Nogaret en la personne d’un ancien Templier renégat, qui se serait confessé à lui en accusant l’ordre d’hérésie, d’outrage à la personne du Christ, d’idolâtrie et de rites obscènes. Le grand maître des Templiers Jacques de Molay et l’Ordre feront l’objet d’une procédure de sept années menée dans toute la France, des Inquisiteurs interrogent et torturent plus de 138 templiers. Philippe le Bel triomphe, car nombreux sont ceux qui passent aux aveux sous la torture. Jacques de Molay lui aussi avoue une partie des crimes : reniement et crachat lors de son admission en 1265. Ces aveux portent un coup décisif à la réputation du Temple. Malgré une rétractation tardive du grand maître Jacques de Molay, celui-ci sera déclaré parjure (relaps).

Au bout de 7 ans d’emprisonnement (dont une partie dans le château de Chinon), Jacques de Molay accompagné d’autres dignitaires de l’ordre sont conduits le 18 mars 1314 devant la cathédrale de Notre-Dame de Paris pour entendre le verdict du procès : la sentence des juges est la prison à vie. Mais Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay, précepteur de Normandie, haranguent la foule en disant que leurs aveux ont été volés, que les templiers n’ont commis aucun crime et sont victimes d’une machination : les deux hommes sont alors condamnés au bûcher. Jacques de Molay et son compagnon sont brûlés vifs à la pointe de l’île de la Cité le 19 mars 1314.

Le Pape affecte le trésor des Templiers à l’ordre concurrent des Hospitaliers, à l’exception de la part ibérique qui revient aux ordres militaires locaux : ainsi les biens gardent une affectation destinée à la défense de la foi. Le roi de France et ses conseillers plaident en faveur de cette solution respectueuse de la volonté des nombreux bienfaiteurs du Temple mais en 1313, sur la base de documents comptables, l’ordre de l’Hôpital restitue 200 000 livres au trésor royal pour solde de tout compte. Le successeur de Philippe le Bel, Louis X, réclamera un supplément, estimant que son père a été floué : l’affaire est close en 1317, quand le nouveau roi Philippe V reçoit 50 000 livres supplémentaires. Le roi avait désormais les mains libres, maître chez soi !

Supplice des Templiers 1307

Supplice des Templiers. 1307

Depuis, l’Etat qui s’est structuré au fil du temps fit lui aussi des envieux, le fiel distillé par la Maçonnerie n’était qu’une réplique de la première république de Rome sous le Pape juif Anaclet en 1130, cette mise en bouche fit des émules sous prévarication franc-maçonne qui “décolletèrent“ la royauté par la guillotine, celle-ci mua en république. Si ses nouveaux maîtres eurent tôt fait de se glisser dans les draps de la défunte royauté, il en pris quand même du temps à nos “zélites“ de se goinfrer tel des porcs dans leur bauge, car la France s’était dotée d’une surface financière phénoménale qu’ils dilapident aujourd’hui, pire qu’hier, au gré des copinages et d’un Etat profond toujours plus avide à détricoter ce que des générations ont eu bien du mal à thésauriser, vous dépouille de votre argent… puis de votre liberté en instaurant la terreur, or, la diversion des perquisitions chez J.L Mélenchon, M. Le Pen seraient l’un des présages aux relents d’une Tchéka en rodage, dont le Benallagate est un symptôme, la Patrie est en grand danger.

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/perquisitions-chez-jean-luc-208698 Pdf

Demain, qu’en fera t’il du sort de ces banksters félons ?

Si l’Ordre des Templiers obéissait à une éthique, aux idéaux de la religion catholique, que dire de cette secte qui depuis 1760 s’est glissée avec fourberie dans tous les rouages de l’Etat au point d’avoir totalement corrompu et délité la France. La Franc-Maçonnerie a décapité la royauté et pris le contrôle du monde et dont la tête de cette pieuvre est composée entre autres de la Maison Rothschild.

Donnez-moi le pouvoir de créer la monnaie et je me moque de qui fait les lois

novus ordo seclorum dollar bill

« Donnez-moi le pouvoir de créer la monnaie et je me moque de qui fait les lois“,

« Donnez-moi le pouvoir de fabriquer et de contrôler l’argent d’une nation et je me fiche de qui fait les lois. » – Mayer Amschel Rothschild.

Dans cette saga de la Maison Rothschild, si l’ancêtre Mayer Amschel Rothschild avait déclaré : “Donnez-moi le pouvoir de créer la monnaie et je me moque de qui fait les lois“, l’un de ses descendants, Edmond de Rothschild décrétait : « Le verrou qui doit sauter à présent, c’est la nation ! », voilà résumé en deux phrases le programme de cette tribu à la généalogie criminelle qui s’est hissée à la tête du crime organisé, se sert de la Franc-Maçonnerie dont une majorité de membres lampistes servent en toute “naïveté“ de faire-valoir sous des apparences d’œuvre aux idéaux humanistes faisant juste écran de fumée à la nature démoniaque de cette secte.

La Maison Rothschild, c’est l’histoire d’une famille qui depuis plus de 400 ans a appliqué avant la lettre ce qu’est la devise de son pion, le Mossad : « Par la tromperie… la guerre mènera ». C’est dans ce contexte que déjà, en 2002, en toute lucidité, le Général Pierre Galois révélait l’état de nécrose avancé de la France qui depuis n’a fait que s’aggraver, soumise à des « Forces Occultes » adoratrices du Veau d’Or, la vassalisant et la ruinant de l’intérieur. Sans concession, son “scanner“ passait en revue tous les facteurs de Haute trahison qui menèrent ce pays à son collapse mercantile, d’où cette débauche de soumissions à la dictature de l’Empire et à la planche à billets US, nous livrant aux barbouzeries des FMI, J.P. Morgan, Goldman-Sachs, Lehman. Brothers, Greenspan, Citigroup, Robert Rubin, Larry Summers, Brezinski, Kissinger, Bernanke, Paulson, Geithner, A. Levitt, Rothschild, Spitzer, Bilderberg… faisant entrer Israël dans l’UE par la porte arrière sans aucune consultation que celle du fait accompli, ainsi les Présidents ont violé la Constitution, permettant à cet Etat voyou en Palestine de détourner illégalement entre autres les aides européennes, indigniez vous ! « L’injustice est un état de violence et de désordre qui ne peut, qui ne doit pas se maintenir. Elle s’impose par la violence, se conserve par la violence et provoque la violence de la révolte « . (L. del Vasto).

L’information est sous contrôle des autorités et de la finance, étant bien placé pour parler de ce fléau, l’inquisition de l’État et ses sicaires mirent les gros moyens pour me voler mon outil de travail, le magazine Africa International, me ruiner, me museler à fortiori sur ce délit anormalisé qu’est la Francafrique, d’imposer leurs miasmes (détruire la Vérité, travestir la réalité, aliénant les masses par le mensonge sous la plume de journalistes serviles payés à détruire la vérité, de pervertir, de ramper aux pieds de Mammon et de se vendre lui même, de vendre son pays et sa race pour son pain quotidien (…), Devoir de Vérité, (page 179) Général Pierre Gallois.

La main des Rothschild fut et demeure partout, de l’élaboration de la SDN/ONU pour mettre les Nations en coupe réglée via le Traité de Versailles, or, nous savons que le massacre des Juifs était voulu par les US/Sionistes, les Rothschild et les banques US, car il fallait cette 2ème guerre mondiale dont ce pacte avec le nazisme et leur massacre pour permettre à Rothschild d’obtenir la Palestine, ce qui lui avait été promis par l’Angleterre lors de la Déclaration Balfour du 2 novembre 1917, revint à l’Angleterre de s’arroger le droit de donner le pays d’un autre, la Palestine, et de le céder à un troisième, Israël, cette occupation de la Palestine sous apartheid est encore un secret bien gardé !

Certes, au cours de ces 400 dernières années la Maison Rothschild dont la fortune est estimée à plus de 500.000 milliards de dollars a trempé dans toutes les trahisons, vols, escroqueries, corruptions, manipulations, l’élaboration de guerres (WW1 – WW2 etc…), mais encore génocides, atteintes à la sureté des Etats, meurtres et crimes de masse, et dont les plus récents faits d’armes sont l’avènement du président George Pompidou tout droit sorti de l’écurie Rothschild qui nous affubla de la loi Pompidou/Giscard/Rothschild créant une dette fictive perpétuelle dès 1973, et le mélo du bout en train non-élu le candidat Macron, lad de l’écurie bolchévique Rothschild, dompté pour détruire la France. Pour ceux qui doutent encore, Paul Hellyer ancien ministre de la Défense du Canada a rédigé un livre remarquable nous alertant sur le Guépéou en pandémie, titré : « The money Mafia, un monde en crise ». Itou, voilà à quoi est assujetti le système bancaire :

http://chaoscontrole.canalblog.com/archives/2017/05/01/35235100.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=chaoscontrole

Alors, si l’on met en parallèle l’Ordre des Templiers, hérauts de la chrétienté, hyper bon gestionnaire et inventeur du système bancaire dont le grand maître Jacques de Molay et ses compagnons furent brulés et salis devant l’histoire pour des forfaitures qu’il n’avait pas commises du fait de la tyrannie et crime d’Etat du roi Philippe Le Bel, en votre âme et conscience, aujourd’hui, alors que l’on connait mot à mot le fléau de l’humanité et le pedigree criminel des Rothschild, je vous laisse répondre honnêtement sur le sort qui doit être réservé à cette bande du crime organisé, porteurs de chaos et capable des pires abominations de leur Bolchévisme, doivent répondre devant la justice et l’histoire de tous leurs crimes, escroqueries et vols et dont les biens doivent être immédiatement saisis.

http://www.medias-presse.info/lorsque-vladimir-poutine-rappelle-que-80-a-85-des-bolcheviques-au-pouvoir-en-urss-etaient-juifs-video/42963/ Pdf

Il va de soi que le privilège de la monnaie octroyé aux banques en 1973, de la même manière qu’il fut octroyé, peut-être repris à tout instant. Des réformes s’imposent pour cette caste issue de l’ENA incapable du moindre résultat positif, excellents uniquement dans le vol et la prévarication, idem, comment octroyer des charges à ces perroquets qui ont mis leur propre école en faillite : l’ENA. Il est urgent de supprimer l’ENA en l’état, et de revoir à la baisse les salaires et prétentions de cette oligarchie “de fossoyeurs“, qui vole et saigne désormais le peuple à flux tendu, par la retenue à la source.

Philippe Le Bel s’en reviendrait-il, qu’en fera t-il du sort de ces Banksters félons et de ce dépotoir de collabos de la Franc-Macronnerie ? Posez la question, c’est déjà y répondre !

Les banquiers Illuminati gouvernent le monde grâce à la dette qui correspond à l’argent créé à partir du néant. Ils ont besoin de gouverner le monde pour s’assurer qu’aucun pays ne faiblisse ou ne tente de les renverser. Aussi longtemps que les banques privées, au lieu des gouvernements, contrôleront la création de l’argent, la race humaine sera condamnée. Ces banquiers et leurs alliés ont tout acheté et tout le monde. Henry Makow

Christian Sébenne

Ancien propriétaire du magazine Africa International

Source :

*Du gangstérisme d’Etat

https://www.contrepoints.org/2018/10/22/325579-limpot-cest-le-vol-1-la-prerogative-du-pouvoir Pdf

Les Templiers

http://eden-saga.com/

http://his.nicolas.free.fr/Personnes/PagePersonne.php?mnemo=PhilippeIV

http://www.nemausensis.com/Nimes/templiers/ArrestationTempliers.htm

http://www.ballade-medievale.fr/capetiens/capetiens_7.htm

Une réponse pour Philippe Le Bel s’en reviendrait-il? Par Christian SEBENE

  1. Christian SÉBENNE

    Au regard de ce qui se passe journellement en France, des avertissements énoncés par le CRS Marc Granié, des suicides et des suicidés dans la Gendarmerie et dans la Police, des révélations de gendarmes comme Stan Maillaud ou le non moins courageux que fut l’adjudant Chef Christian Jambert, il n’est pas vain de redire que la situation gravissime que connaît notre pays est explosive et ceci n’est pas le fruit du hasard.

    Peut-être que certains auront jugé mes propos trop acerbe sur les dangers cataclysmiques du Bolchévisme et de tout ce que cela implique avec la saga des Rothschild, mais je ne puis résister ici à joindre à ce sujet les propos mesurés et précis du récent défunt le brillant médecin professeur de confession juive le docteur Roger Dommergue, qui sa vie durant mis les points sur les « i » au sujet de la corruption fondamentale de la politique et des mœurs diaboliques de ses congénères à travers de nombreux livres et vidéos, mais encore dans ce livre titré :

    VÉRITÉ ET SYNTHÈSE
    LA FIN DES IMPOSTURES CE QUE DES JUIFS IMPORTANTS ONT AFFIRMÉ AU SUJET DES JUIFS CE QUE DES GOYIM CÉLÈBRES ONT CONFIRME

    https://lacontrerevolution.files.wordpress.com/2013/03/roger-dommergue-polacco-de-menasce-vc3a9ritc3a9-et-synthc3a8se.pdf

    Je cite cet extrait :
    Le drapeau rouge des Rothschild est l’étendard du Veau d’Or, des destructeurs de pays, des massacreurs d’Espagne, de Russie, de Hongrie, le drapeau des Trotsky, des Bela Kuhn, des Litvinoff, des Kaganovitch (qui dirigea les bourreaux carcéraux et concentrationnaires Juifs en URSS : Frenkel, Yagoda, Firine, Apetter, Rappaport, Jejoff, Abramovici et une cinquantaine d’autres bourreaux Juifs).

    A QUI PROFITA LE BOLCHEVISME ? (la Terreur Rouge, près de 100 millions de morts)

    La révolution bolchevique fut entièrement juive : idéologues (Marx, Lassalle), financiers (Warburg, Loeb etc.), politi- ciens (Lénine, Trotsky, Kerensky, etc), bourreaux carcéraux et concentrationnaires, (Kaganovitch, Frenkel, Yagoda, etc.).

    L’annuaire officiel de la juiverie (gouvernement d’Israël), publié aux Etats-Unis, donne avec orgueil la liste suivante des Juifs exerçant un pouvoir en Russie, en l’an 5678 de l’ère hébraïque :
    Aaronson, dirigeant à Witebsk ; Apfelbaum, dit Zinovief, dirigeant à Pétrograd ; Bernstam, magistrat à Pétrograd ; Bloch, ministère de la Justice ; Bothner, chef de la police de Moscou ; Braunstein, dit Trotsky, dictateur à l’armée ; Cohen, juge à Lodz ; Dickstein, procureur à Pétrograd ; Eiger, commissaire pour les Affaires Polonaises ; Friedman, maire d’Odessa ; Geilman, commissaire de la Banque ; Greenherg, chef de la police de Moscou ; Grodski, juge à Pétrograd ;

    Gunzburg, commissaire du Ravitaillement ; Gurevitch, adjoint au Commissariat de l’Intérieur ; Halperin, secrétaire général du gouvernement ; Hefez, adjoint au commissariat de la Justice ; Hurgin, vice-commissaire pour les Affaires Juives ; Kachnin, commissaire du travail à Kherson ; Kalmanovitch, procureur à Minsk ; Kantorovitch, député à Pétrograd ; Kerensky, député ; Lichtenfeld, juge à Varsovie ; Luria, commissaire à la banque ; Mandzin, procureur ; Minor, président du Conseil municipal de Moscou ; Per, juge à Varsovie ; Perlmutter, membre du Conseil d’Etat de Pologne ; Podghayetz, maire de Moghilev ; Rabinowitz, commissaire du Travail à Tavrida ; Ratner, administrateur de la cité de Nachichevanskz ; Rundstein, juge à la Cour de cassation ; Sacks, commissaire-adjoint à l’Education ; Schreider, maire de Pétrograd ; Stechen, sénateur ; Sterling, juge à Varsovie ; Unsehlicht, commissaire à Pétrograd ; Weinstein, administrateur de Minsk ; Yonstein, maire d‘Oriel ; Zitzerman, procureur à Irkoutsk.
    Alter, dirigeant à Kamenetz ; Bekerman, magistrat à Radom ; Bernstein, commissaire au Charbon ; Boff, dit Kamgoff, dirigeant à Pétrograd ; Bramson (Abrahamson), dirigeant à Pétrograd ; Brodsky, juge à Pétrograd ; Davidowitch, juge à Pétrograd ; Dalbrowsky, commissaire à Pétrograd pour les Affaires Juives ; Fisher, juge municipal à Pétrograd ; Friedman, commissaire de la Justice à Pétrograd ; Ginzburg, dirigeant à Kolomensky ; Greenberg, curateur du district de Pétrograd ; Grusenberg, enquêteur sur les affaires navales de l’ancien régime, commissaire de la marine nouvelle ; Guitnik, commissaire du Commerce à Odessa ; Gutterman, commissaire au Ravitaillement à Saratov ; Halpern, adjoint au maire de Kolomensky ; Hillsberg, juge à Lublin ; Isaacson, commissaire à la Marine ; Kahan, juge à Pétrokov ; Kaminetski, juge à Pétrograd ; Kempner juge à Lodz ; Lazarowitch maire d’Odessa ; Lublinsky, juge à Petrograd ; Maldelbert, maire de Zitomir ; Meyerowitch, commissaire aux Armées ; Nathanson, membre du Conseil d’Etat de Pologne ; Prelman, juge à Saratov ; Pfeffer, membre du Conseil d’Etat de Pologne ; Poznarsky, juge à la Cour de cassation ; Rafes, adjoint au commissaire des affaires locales en Ukraine ; Rosenfeld, dit Kameneff, député ; Phineas Rutenberg, commandant en second de la milice de Pétrograd ; Schreiber, procureur à Irkoutsk ; Silvergarb, commissaire des Affaires juives en Ukraine ; Steinberg, commissaire à la Justice ; Trachtenberg, juge à Petrograd; Vinaver, député ; Warshavsky, commissaire au commerce à Pétrograd ; Wegmeister, membre du Conseil d‘Etat de Pologne ;

    SYMBOLISME DU POING FERMÉ ET DU BRAS LEVÉ, MAIN OUVERTE
    Lorsque les Juifs célèbrent leur fête de la vengeance, le Purim, qui rappelle le massacre de 70 000 Goyim, ils font tous ensemble le salut du poing fermé, qui sera le salut bolchevique. Ce signe est religieux et raciste. Il est l’antithèse du signe de croix religieux et du salut d’amitié entre les races latine et saxonne. Le bras tendu et levé, main ouverte, signifie : «Je viens en ami, franchement, ne cachant pas d’armes».
    Aux Internationales socialo-communistes fondées par les Juifs, et dont ils espèrent, très logiquement hélas, du fait de l’insuffisance mentale du plus grand nombre des humains, l’hégémonie mondiale, ils ont imposé ce salut du poing fermé qui est une manifestation naturelle de leur mentalité psychopathique. C’est le salut de la vengeance, le salut ennemi de la…

    1 Le drapeau français est blanc avec une fleur de lys au centre. Ce rouge du drapeau, qui le couvrira entièrement à l’avènement bolchevique est JUIF. Comme la Révolution de 89, comme les origines financières de la Grande guerre (14-18). Quand le drapeau était blanc, seuls les aristocrates se faisaient tuer dans des guerres plus justifiées que des guerres strictement économiques au profit de la Haute finance. Le malheur est que le peuple ne comprenant pas cela, pourra être sensible au pathos d’un tel texte qui le dirige vers le néant…
    41
    … civilisation, et de la race blanche qui en est à accepter un tel salut : Celui de la vengeance et de la domination juives. Comme je me souviens dans mon enfance, comment ils se moquaient des «idiots de Goyim». Ils doivent bien rire de voir tant de Goyim déchristianisés servir leur cause et marcher vers leur propre suicide, le bras levé et le poing crispé…

    L’Histoire de France n’est plus que l’histoire de la conquête de la France par Israël, commençant par l’intervention des loges maçonniques à la fin du XVIIIè siècle, s’achevant en apothéose au XXè siècle.

    Je me permets de terminer cet aparté qu’il n’est pas innocent de rappeler, que l’un des ingrédients du Bolchévisme Juif fut en 1917 comme aujourd’hui, l’organisation des vagues massives d’immigrants vers la Russie pour orchestrer le chaos.

    En ce sens le Général Christophe Gomart annonce la couleur de l’orchestration de cette politique d’immigration qui nous submerge, dont la finalité est notre extermination.

    https://www.parti-de-la-france.fr/General-Gomart-l-invasion-de-l-Europe-par-les-migrants-est-programmee-controlee-et-acceptee%C2%A0_a4418.html

    Je recommande vivement la lecture en Pdf de ce document incontournable du docteur Roger Dommergue, car nous en sommes là, ce, sans aucun antisémistisme, mais un homme averti en vaut deux !

    Christian Sébenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *