Affaire GUEDON: Le commandant de la Gendarmerie de l’Air aurait-il menti à l’insu de son plein gré?

13 801 vues

GUICHARD

Affaire GUEDON: Le commandant de la Gendarmerie de l’Air aurait-il menti à l’insu

de son plein gré?

Des éléments produits par le corps médical militaire attestent que le Général GUICHARD, commandant la Gendarmerie de l’Air est intervenu à plusieurs reprises pour faire obstacle aux droits de l’adjudant-chef GUEDON, en contestant le lien avec le service de sa blessure psychique pourtant attestée à plusieurs reprises par plusieurs médecins du Service Santé des Armées (SSA).

Lire notamment nos articles intitulés  » Affaire GUEDON: Un document médical du Service Santé des Armées qui accable le commandement de la Gendarmerie de l’Air à Vélizy-Villacoublay. » cliquer (ICI) et «AFFAIRE GUEDON» REVIREMENT DE SITUATION, INÉDIT! LE SERVICE SANTE DES ARMÉES RECONNAIT L’ACCIDENT EN SERVICE DE L’ADJUDANT-CHEF GUEDON EN DATE DU 23 MARS 2017″, cliquer (ICI)

Rappelons qu’une DAPIAS ( Déclaration initiale d’affectation présumée imputable au service ) a été établie à cet effet et réactualisée stipulant les éléments suivants:

  • Informations relatives à l’accident:

Date de l’accident: le 23/03/2017

Lieu de l’accident: Section de recherches de la Gendarmerie de l’Air

Circonstances générales de l’accident: 699- autres circonstances (lien avec le service)

Situation lors de l’accident: 7 – hors missions opérationnelles

Circonstances détaillées de l’accident:

Dans un contexte de conflit professionnel avec un supérieur évoluant depuis 2015, le patient a reçu un message de ce supérieur concernant l’enquête qu’il mène. Ce message a été interprété par le patient comme questionnant ses compétences. Le patient s’estime alors atteint dans son «honneur» et son «intégrité». Effondrement émotionnel avec émergence d’idée suicidaires avec son arme de service.

Selon les propos retranscrits dans le document en notre possession, relatifs à des échanges téléphoniques avec le gendarme NUSSLI Cécile du service de l’accompagnement du personnel de l’état major de la Gendarmerie de l’Air,  « le Général GUICHARD contestait la DAPIAS dans sa forme, car rejette avoir eu connaissance d’une situation de conflit professionnelle entre l’intéressé et son chef datant de 2015. Ce propos est suivi de la phrase suivante du commentateur, le docteur BEAUCHAMPS Vincent:  « Avons conforté la GEND. NUSSLI dans le fait que le Général GUICHARD pouvait contester les faits et lui avons conseillé de renseigner la case « motif » de la DAPIAS, tout en joignant l’ERC, qui correspond à la version des faits tel qu’il atteste en son rôle de chef ». 

Voilà comment, le Général GUICHARD est intervenu auprès des représentants du Service Santé des Armées plus d’un an après les faits pour faire barrage à la reconnaissance du lien avec le service de l’incident  survenu le 23 mars 2017 ayant provoqué l’hospitalisation en urgence  de l’adjudant-chef GUEDON à l’origine d’une crise suicidaire en relation avec un courriel émanant du colonel COLLORIG son commandant d’unité à l’époque des faits.

La chronologie étant têtue, il faut rappeler que ces interventions s’inscrivent dans un temps voisin de l’action en référé de l’adjudant-chef GUEDON.

Concernant l’argument avancé par ce général qui affirme ne pas avoir été informé des faits antérieurs, datant de 2015, pour s’opposer à la prise en compte de cet événement en lien avec le service, il s’agit d’une circonvolution cérébrale, spécieuse et fallacieuse qui en aucun cas ne peut remettre en cause la réalité de ce fait considéré à juste titre comme un accident du travail par plusieurs médecins militaires de part leurs constatations médicales factuelles.  D’ailleurs, la jurisprudence reconnaît ce type d’événement comme du harcèlement moral au travail.

Le Général GUICHARD était-il au courant des précédents conflictuels entre l’adjudant-chef GUEDON et son commandant d’unité, le colonel Laurent  COLLORIG, ancien commandant de la section de recherches de la Gendarmerie de l’Air?

Nous citerons trois documents et non des moindres qui en attestent formellement et dont il a été destinataire.

1°/ Le rapport de l’IGGN N° 4751/GEND/IGGN/CAB du 30 octobre 2017 établi par ordre par le général de division Didier QUENELLE, chef adjoint de l’Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale (IGGN) pour le général de corps d’armée Pierre RENAULT chef de l’IGGN adressé au Général d’armée, Directeur Général de la Gendarmerie Nationale – cabinet, produit  in extremis en justice par le Colonel COLLORIG au soutien de ses intérêts, dans le cadre de sa plainte en diffamation pour laquelle, il a déjà été condamné  le 6 février 2018. Pour lire l’article intitulé « Le Colonel Laurent COLLORIG, ancien commandant de la section de recherches  de la Gendarmerie de l’Air à Vélizy-Villacoublay, condamné le 6 février 2018 par le Tribunal de Grande Instance de VERSAILLES » cliquer (ICI)

COLLORIG

Pour lire le document contesté par l’adjudant-chef GUEDON comme étant un faux en écriture grossier, cliquer sur le lien ci-dessous vous permettant d’accéder à notre article intitulé  «AFFAIRE GUEDON» LE RAPPORT ÉTABLI PAR LE N° 2 DE L’IGGN PRODUIT DANS L’URGENCE AU SOUTIEN DES INTÉRÊTS DU COLONEL COLLORIG DANS SA PLAINTE EN DIFFAMATION.

Pour lire l’article, cliquer (ICI)

2°/ Le rapport de demande de mutation d’office de l’adjudant-chef GUEDON en date du 3 mai 2017, par lequel, le colonel Laurent COLLORIG justifie son éviction de la section de recherches de la gendarmerie de l’air à Vélizy-Villacoublay, se retranchant sur le fait que l’unité spécialisée en police judiciaire, dans le domaine de l’aéronautique militaire, traite « d’affaires sensibles et suivies au plus haut niveau de la hiérarchie militaire et de la gendarmerie, nécessitant ainsi, pondération, objectivité et équilibre émotionnel. » Ce document a été caché par le commandant de la Gendarmerie de l’Air  durant de longs mois avant de le communiquer à l’adjudant-chef GUEDON sur ordre de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale (DGGN). Là encore, c’est le Colonel  COLLORIG lui même qui atteste d’antécédents conflictuels depuis 2015, selon sa version également contestée par l’adjudant-chef GUEDON.

Pour lire notre article intitulé «Sous-dossier GUEDON»: Un mensonge de plus pour le colonel COLLORIG attesté par Madame Sabine KHERIS, doyen des juges d’instruction près le TGI PARIS » cliquer (ICI)

3°/ Enfin, le commandant de la Gendarmerie de l’Air a été destinataire   d’un courrier de l’adjudant-chef GUEDON  en date du 8 août 2017 ayant pour objet « Recours hiérarchique dans le cadre de la notation annuelle, millésime 2017 » accompagné de multiples documents dont ceux en relation avec un précédent recours notation devant la Commission des Recours des Militaires (CRM) annulé en raison des pressions exercées par le Colonel Laurent COLLORIG.

Pour lire la lettre, cliquer sur le lien ci-dessous:

Compte rendu recours notation GUEDON

De nombreux autres éléments en notre possession attestent également de l’information du Général GUICHARD des faits antérieurs à son arrivée.  La question d’une éventuelle amnésie sélective se pose. A l’évidence, son argument pour faire obstacle  aux droits légitimes de l’adjudant-chef GUEDON est incontestablement mensonger!

Mensonge

Quand on construit une légende pour détruire un  militaire qui n’a fait que son devoir, l’exercice du mensonge devient une obligation. Malheureusement, la vérité n’est pas un exercice et se construit  chaque jour à chaque instant dans sa fidélité inébranlable!

Le corps médical s’est fondé sur des  éléments mensongers pour reconsidérer à tort les droits de l’adjudant-chef GUEDON validés par plusieurs médecins du service santé des armées à l’origine de constatations médicales factuelles. Au sein de la Gendarmerie Nationale, les magouilles ont une valeur supérieure aux faits! C’est hélas une réalité!

Voilà le fonctionnement de nos armées et de la gendarmerie nationale dont les chefs doivent veiller aux intérêts de leurs subordonnés.

Aujourd’hui, un militaire doit non seulement combattre les ennemis face à lui mais dois en plus  se méfier des balles tirées dans le dos par ses  propres chefs. Nous avons connu mieux comme chefs et comme généraux!

Ceux qui ont signé cet engagement pour servir la Nation avec Force et Honneur  n’ont pas signé pour cela mais pour le RESPECT et la CONSIDÉRATION de la NATION qu’ils attendent toujours!

7 Réponses pour Affaire GUEDON: Le commandant de la Gendarmerie de l’Air aurait-il menti à l’insu de son plein gré?

  1. Charles DE TRESSIC

    Bonsoir à tous les lecteurs.

    Merci beaucoup Monsieur SEBENNE pour la qualité et la grande efficience de votre prose. Quelle belle plume ! C’est si rare de nos jours de voir et de lire une telle démonstration, presque chirurgicale. Je ne suis pas un militaire, comme quoi, ce site n’est fermé à aucune personne, à aucune critique. Pour ma part, j’ai fait l’objet de ce type d’agissement criminel, (le mot n’est pas trop fort je vous assure), au sein d’une grande entreprise il y a quelques années. Je m’en remets très difficilement et ma famille en a gravement subi les effets collatéraux. Contrairement à ce que pense Claude 34 et ZOLA, il faut beaucoup de courage, de sacrifices pour faire face à la toute puissante machine à broyer, ce rouleau compresseur que l’on nomme hiérarchie alors que vous êtes lâché de par tous. Tout comme d’autres lecteurs très certainement, je me suis fait un avis objectif sur la base des nombreux documents produits et publiés progressivement sur ce site tant décrié à vos yeux. A ce sujet, ne parlez pas, ne parlez plus au nom des milliers de lecteurs s’il vous plaît. Ayez au moins cette politesse et cette décence intellectuelle. Je reconnais bien là, dans les situations vécues par ces deux militaires, le processus de harcèlement. C’est indéniable et cela me glace le sang. Rien ne change en fait. Pour Claude 34 et Monsieur ZOLA, le harcèlement est souvent exercé contre des hommes ou des femmes de grande conviction, animés par des valeurs que peu d’hommes possèdent. Par ailleurs, dans la grande majorité des cas, il s’agit très fréquemment d’hommes et de femmes très méritants et très qualifiés dans leur domaine de compétence. Au lieu de les vilipender, de les jeter aux chiens affamés pour la « curée », avec férocité, malhonnêteté et impuissance, vous devriez remercier ces hommes pour ce combat d’une vie qui sert à tous, faite de valeurs et de sacrifices. S’il s’agissait de votre propre fils, petit fils, fille ou petite fille, que diriez-vous ? J’aimerai beaucoup que vous me répondiez sur ce sujet, sans aucune agressivité s’il vous plaît. Je suis un homme encore blessé. Merci à vous.

  2. Bonjour à tous. Bonjour cher Claude.

     »Ita feri ut se mori sentiat », qu’en pensez-vous Claude 34 ? Est cela que vous souhaitez à ces deux militaires ? En tant qu’ancien officier, vous aurez sans nul doute reconnu une pensée célèbre de l’empereur du même nom. Je m’appelle Marc Androsini et c’est mon véritable nom. Je n’ai pas peur du moindre outrage qui pourrait être proféré à mon encontre. Quelques vérités s’imposent mon cher ami républicain. Une judiciaire tout d’abord. Le harcèlement est interdit dans le monde civil comme dans celui où œuvrent les militaires. Celui qui viole la loi et qui comment une infraction, dans le cas présent un délit je crois, est tout simplement un délinquant. Il commet également une faute contre l’honneur et l’esprit des valeurs militaires, de nos institutions qu’il a le devoir avant tout de protéger, parfois au sacrifice suprême comme il est souvent dit dans les éloges funèbres. C’est aussi simple que cela et ce comportement criminel,asocial, imbécile et abjecte, n’a rien à faire dans toute civilisation évoluée et à l’armée à fortiori, qu’il soit militaire du rang, sous officier ou officier. Peut-être, pourrions nous enfin nous rapprocher de l’organisation des grandes armées de l’antiquité, comme celles athéniennes, où le soldat était acteur de sa propre vie, dans le monde civil en tant de paix ou comme combattant en tant de guerre, avec cette particularité d’être non asservi à un culte dogmatique quelconque du chef. Permettez-moi de vous dire que que le respect n’exige en aucune manière une quelconque soumission. Il se mérite par des actes et des décisions courageuses. Ne trouvez vous pas ? L’adhésion, le partage, l’action, les décisions étaient les valeurs partagées au temps de la grande Athènes. Il n’y avait pas d’état-major de carrière. La règle absolue des athéniens était que même pendant leur temps de mobilisation, les soldats ne perdaient pas de vue leur activité de citoyen, ce lien si important à l’équilibre de la société et de la nation. Voilà un noble sujet de réflexion cher ami au delà de toute polémique stérile. Adhésion, libre arbitre, oui mais pas de soumission. Jamais! C’est le pire qui peut arriver à un être humain. Pour revenir à la situation difficile de ces deux militaires, j’ai pu observer en tant que lecteur invisible, sans doute lâche moi aussi, que les preuves étaient apportées au quotidien, pas à pas dans chaque article, nous révélant des pratiques totalement inacceptables et dont je suis certain que vous ne cautionnez pas au fond de vous même. Je leur exprime tout mon soutien indéfectible face à ce calvaire enduré. Cher Claude, pas de propos haineux ou autre. Sachez écouter la souffrance. Vous savez, derrière l’exercice du pouvoir, vous ne pouvez ignorer que « les dehors brillants ne sont pas des preuves certaines d’un honnête homme ». Au plaisir de vous lire à mon retour de vacances. Marc. ANDROSINI un des pauvres lecteurs de ce site en perdition.

  3. Bonjour
    En lisant cet énième article on peut se demander si ce Guedon ne serait pas un tres mauvais élément à l’insu de son plein gré.
    Ne se donne t’il pas trop d’importance en croyant que des gens ont comme seule préoccupation que de monter un complot contre lui ? A mon avis tout le monde s’en fiche non ? Ce Guedon me paraît bien dérangé….

    • Enfin , une remarque intelligente sur ce site à la dérive …
      Mauvais élément à l’insu de son plein gré , un autre un peu maboul à l’insu de son plein gré , on se demande vraiment comment , après toutes les âneries distillées jour après jour ici , ce site existe encore .
      Il faut croire que ceux qui espèrent trouver ici un peu d’esprit militaire fuient lorsqu’ils ont compris dans quel bourbier ils ont plongé.
      Y aura – t – il enfin chez les  » grands chefs  » de la Défense ou de l’ Intérieur pour prendre les mesures qui s’imposent ?

      • Christian SÉBENNE

        réponse @ claude34,

        Votre commentaire à l’acide est facile, qui plus est sous anonymat ce que je conçois, mais dénote d’un grand courage à l’encontre de personnes qui sont victimes d’un système inique et qui les persécute, auquel je me permettrais d’ajouter faut-il avoir vécu des situations similaires pour comprendre ce dont le pouvoir est capable.

        Pour faire un corollaire et clarifier ma pensée, je me permettrais de citer ces quelques mots du Pasteur Martin Niemöller :

        « Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
        Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
        Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
        Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »

        En cette période hyper grave que nous traversons, de par les agissements mafieux de ceux qui ont pris le pouvoir en France en toute illégalité à fortiori sans aucune légitimité, et qui en quelques mois ont réussi l’exploit de vider notre pays de sa substance, alors qu’ils sont prêt à instaurer la « Terreur Rouge », vous trouver le moyen de persiffler et de tourner en dérision des personnes dont le cas est exemplaire des turpitudes d’un pouvoir sous influence du crime organisé.

        Alors, vous pouvez anonymement égratigner ces personnes, ca ne vous coute pas cher, mais songez que peut-être demain vous serez arrêté par ces satrapes capables du pire comme l’a si courageusement révélé le CRS Marc Granié, et dont l’affaire Benalla nous donne un mince aperçu des capacités criminelles dont ces suppôts de la Gestapo sont à même de générer dans ce pays France désormais sous occupation de la Mafia de l’Otanazi.

        En l’espèce, qui viendra vous secourir ?

        Songez-y !

        Christian Sébenne
        Ancien propriétaire du magazine Africa International

        • Je savais que vous ne manqueriez pas de vous manifester , comme à votre habitude en donneur de leçon …
          Et comme d’habitude , vous mélangez un peu tout . La situation politique de notre nation et l’idée que vous vous en faites – qui n’a rien à voir sur le sujet d’aujourd’hui – et , nombrilisme oblige , l’enfer que nos pauvres gendarmes vivent , martyrisés par une hiérarchie dégueulasse et arriviste.
          Ma petite expérience que vous ignorez me souffle de vous dire , à vous et tous ceux qui chouinent autour de vous de relever la tète , d’abord , et de se conduire en militaire. Responsable et respectueux .Respectueux des galons et de la hiérarchie . Ce qui ne semble pas le cas des pleureurs que l’on peut lire sur ce site.

          Quoi qu’il en soit , vous êtes mal partis dans votre « lutte » dont tout le monde se fout – il suffit de voir votre audience – et vous arriverez rincés .Regardez autour de vous les conditions de vie des Militaires , des policiers , des pompiers … et des gendarmes qui ont foi en leur métier.

          Heureusement vous ne les représentez pas.

          claude34. anonyme respectable.

          • Christian SÉBENNE

            réponse @ claude34,

            Pour répondre à votre anonymat respectable que je ne remets nullement en cause, cependant, au regard de mon grand âge, humblement, je me permets juste de préciser que j’ai servi la France entre autres en Côte d’Ivoire, au Niger et au Tchad, pilote d’avions Canadien, issue d’une famille de militaires et de maquisards, fils de militaire mon défunt père pilote d’essai, spécialiste de l’armement fut Général dans l’armée de l’Air.

            Quand à la vie des gendarmes, j’ai plusieurs amis de divers grades dans la profession qui, depuis plus de 40 ans m’ont sensibilisé au quotidien de leur vécu, d’une machine à broyer les personnels, des drames qu’ils rencontrent au sein hiérarchique des compagnies qui mènent un nombre énorme de pompiers, de militaires, gendarmes et policiers aux dépressions et aux suicides, mais encore les conditions et la surcharge de travail liée au délitement de notre société par l’orchestration de la perte de ses valeurs et de la destruction de notre pays du fait des sectes maçonniques qui ont pris le contrôle des différents Corps Armés de notre pays.

            Je vous remercie de nous faire part de votre petite expérience dont j’ignore certes tout, or, j’ai toujours écouté avec attention ceux qui voulaient me prodiguer des conseils, ceci ma sauvé la vie en maintes circonstances sur terre et en l’air, je vous suis tout ouïe, lorsque vous nous dites de relever la tête, à nous autres le cheptel des sans dents, qui chouinons pour reprendre votre expression.

            De relever la tête,

            je pense l’avoir fait militairement parlant, depuis le sein de ma mère jusqu’à ce jour, mes prises de positions tranchées sont là pour en répondre à fortiori entre autres dans ce qui fut dénommé à tort le génocide du Rwanda où, seul mon magazine a dénoncé dès le départ la manipulation exercée par la CIA, l’ONU et ses laquais Paul Kagamé et son clone Yoweri Museveni, faisant passer les Tutsis pour les victimes alors que cela était tout le contraire.

            Alors qu’à l’époque du drame, toutes les hyènes de l’ONU et de la presstituée sous la conduite de Colette Braeckman l’égérie du « Tutsipower » tiraient à boulet rouge sur l’Armée Française, seul mon organe de presse s’escrimait contre les mensonges des USraéliens, car fort d’avoir pris dans notre ligne éditoriale la défense des troupes du Général Didier Tauzin et du Colonel Jacques Hogard, et notamment du Capitaine Paul Barril accusé de génocide.

            http://lucien-pons.over-blog.com/2014/10/l-honneur-du-capitaine-barril-ne-doit-pas-etre-bafoue-par-christian-sebenne-article-repris-sur-le-site-armee-media.html

            Responsable et respectueux des galons et de la hiérarchie,

            Vous dites vrai, responsable, respectueux des galons et de la hiérarchie, certes, mais à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Robespierre n’a t’il pas dit : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour les peuple le plus sacré et le plus indispensable des devoirs », et comme l’a écrit le Général Antoine Martinez : « II est temps que la Grande Muette prenne la parole ».

            https://vigile.quebec/articles/rebatir-la-france-general-didier-tauzin?chron_page=4

            https://blideodz.wordpress.com/2015/05/13/rebatir-la-france-general-didier-tauzin/

            Relativement, nous sommes en 1939/40, nos élites ont fait le choix de la défaite et se vautrent dans la prévarication la plus totale, doublée d’une collaboration avec l’occupant qui, chaque jour passant nous fait perdre notre Souveraineté, notre Liberté, notre identité, nos valeurs, nos acquis, nos biens et notamment les dispositions de l’ONU pour détruire notre jeunesse, qui sous Ban Ki Moon légalisait la sexualité dès l’âge de 10 ans, la sioniste française Audrey Azoulay en rajoutait une couche, légalisait la pornographie de masse dès l’âge de 12 ans, depuis quelques jours nos enfants de par la Loi Schiappa donne un quitus à tous les pedocriminels d’abuser nos enfants dès l’âge de 4 ans, et j’en passe tellement ce chapelet de larmes est interminable.

            Comme vous le mentionnez à juste titre : « l’enfer que nos pauvres gendarmes vivent, martyrisés par une hiérarchie dégueulasse et arriviste ». Sur tout le territoire, les Forces de l’Ordre prises entre le marteau et l’enclume sont bien placées pour connaître les drames de nos concitoyens (10 millions de chômeurs) et les directives abscons du diviser pour mieux régner émanant de Bruxelles, puis reprises en credo par l’ensemble de godillots politiques qui nous amènent droit à la guerre civile.

            http://www.alterinfo.net/Un-peuple-qui-oublie-son-passe-se-condamne-a-revivre-les-memes-horreurs-Depuis-2-000-ans-la-mafia-illu-zioniste_a132216.html

            Pour l’avoir mentionné en son temps et en d’autres circonstances, conscient du dépotoir dans lequel nous évoluons, je me permets de reprendre les propos de policiers en colère qui scandaient: « les francs-maçons en prison ». La franc-maçonnerie cet “Etat-profond“ dans l’Etat, secte, forte de 170.000 “membres“ répartis sur les 36.000 communes de France, ont donné un bel exemple de leur nuisances qui fut pourtant sanctionné en 1945 par la Cour Spéciale de Riom, 6 .000 furent arrêtés pour faits de collaborations dont 3.000 furent exécutés pour des crimes graves et de Hautes trahisons… que dire aujourd’hui…!

            Sous l’égide de traitres comme Jean Monnet et Robert Schuman, aujourd’hui, il n’est un secret pour personne que cette organisation criminelle a noyauté, corrompu et gangrené tous les secteurs administratifs confondus, jusqu’aux plus hauts sommets de l’Etat, si nous sommes rendus à un tel stade de corruptions et d’inversement des valeurs dont nous subissons les miasmes, il n’est que de gratter légèrement l’écran de fumée qui recouvre notre société pour voir et constater que les preuves sont légions.

            https://www.youtube.com/watch?v=o6gKEnxqrcU
            https://www.medias-presse.info/les-policiers-scandent-francs-macons-en-prison/63073/

            Pour conclure, vous lancez : « Quoi qu’il en soit, vous êtes mal partis dans votre “lutte“ dont tout le monde se fout – il suffit de voir votre audience – et vous arriverez rincés ».

            S’il m’arrive d’écrire et d’avoir écrit sur Armée Media, c’est bien au fait d’être conscient des drames endurés par ces militaires, drames analysés, détaillés et mis à la conscientisation de tous par le Lieutenant Paul Morra et que, patriote, je suis concerné par tout ce qui touche au devenir de la France. La lutte dont vous parlez et dont à vous lire « tout le monde s’en fout » est révélatrice du symptôme du choix de la défaite, une lutte, un combat n’est terminé que lorsque vous acceptez la reddition.

            Je suis au soir de ma vie, peu m’importe de ce que l’on fera de moi, je résiste, j’aurais résisté au chaos dans lequel on veut nous précipiter et nous exterminer car c’est bien de cela qu’il s’agit, ceci dit, en mémoire et par respect pour tous ceux qui depuis 2.000 ans nous ont permis de vivre dans un pays qui fut le phare de l’Europe et où le mot Liberté avait hier encore un sens, résister n’est pas un vain mot et ne pas admettre la facilité de la trahison préconisée par toutes les sirènes de l’Apocalypse en Marche.

            https://blideodz.wordpress.com/2017/05/02/macron-lapocalypse-en-marche-le-tandem-macron-rothschild-la-marche-de-la-france-cocufiee-rothschildmacron-suite-ou-fin-dune-saga-de-400-ans-de-chaos-organise/

            Le respect ne se décrète pas, il se gagne.

            Bien sincèrement

            Christian Sébenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *