Affaire BENALLA: le symbole d’un système de corruption organisé notamment au sein de la Gendarmerie Nationale.

13 085 vues

coruption

Affaire BENALLA: le symbole d’un système d’impunité et de corruption organisé

notamment au sein de la Gendarmerie Nationale.

Quand Emmanuel Macron expliquait sur le plateau de @Qofficiel « la marche à suivre en cas de « bavure policière » !

Source: https://blogs.mediapart.fr  Pour voir la vidéo, cliquer (ICI)

Extrait des propos tenus par le Président Emmanuel MACRON:

 » Pour expliquer les violences policières, il n’y aucun bon argument.

Parce que, il n’y a pas d’autorité de l’État dans les quartiers s’il n’y a pas une autorité dans l’État. 

(…)  

Mais dès qu’il y a une bavure, il doit y avoir une réponse à une sanction. Mais elle est hiérarchique. 

1°/ Il faut tirer au clair les situations. 

2°/ C’est pas possible quand il y eu une violence policière qu’il n’y ait aucune sanction dans la hiérarchie policière et il y en a.

Il y a un commissaire de police. Il y a un Directeur Départemental de la Sécurité Publique. Il y a un  Préfet et un Ministre. 

Donc, moi je crois en une République  de la responsabilité.

L’affaire BENALLA démontre qu’au plus haut sommet de l’État, les règles de bonne conduite et de responsabilité sont gravement entachées au vu de l’inertie de l’Élysée pendant plus de deux mois et demi pour couvrir des actes délictueux  commis par Alexandre  BENALLA, chargé de mission auprès du chef de la présidence de la République.

Rappelons que la vidéo  sur les faits du 1er mai 2018 a été diffusée sur les réseaux internet très rapidement et qu’ils ont été assimilés à cette période, à des violences policières compte tenu des attributs policiers que portait M. BENALLA, non identifié à cette date, ce qui a été préjudiciable aux policiers de terrain.

Rappelons qu’Alexandre BENALLA est lieutenant colonel de réserve de gendarmerie affecté au cabinet du directeur général de la gendarmerie nationale. 

Cette affaire  n’est que la partie émergée de l’iceberg ;  des pratiques de cette nature, déloyales et illégales sont couvertes au sein de la gendarmerie nationale. 

En effet, les faits illégaux dénoncés  par Armées média et l’AFAR (Association des Forces Armées Réunies) ont généré des centaines de milliers de vues suite aux différents articles publiés et ont motivé de nombreux courriers adressés aux autorités judiciaires et à l’exécutif sans effet.

L’AFAR et Armée média ont notamment dénoncé des violences aggravées commises par personnes dépositaires de l’autorité publique, en l’espèce des militaires de la gendarmerie.  Cette affaire couverte au niveau de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale a abouti à une escroquerie au jugement. 

En effet, pour tromper la religion du juge judiciaire, des faux en écriture flagrants ont entre autre été réalisés par des enquêteurs de la Section de Recherches de TOULOUSE et de l’Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale.   

Malgré la publication de preuves en ligne et des enregistrements sonores que nous tenons à la disposition de la justice, aucune enquête judiciaire n’a été ouverte malgré la saisine  du Procureur de la République à Toulouse (à deux reprises), du Procureur Général, du Ministre de la Justice et du Président de la République.

Est-ce cela une « République Inaltérable » Monsieur le Président de la République?

Nous aimons la France profondément, mais ces pratiques de barbouzes sont dignes d’une République bananière et non d’un Grande Démocratie comme  la France qui est reconnue comme le « pays des droits de l’homme »  dans le monde entier. Force est de constater que ce n’est plus le cas et que l’on traite aujourd’hui les victimes comme  des parias.

Concernant la femme victime de violences par M. BENALLA,  le silence de Marlène Schiappa  secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes est terrible. Nous l’avons connue plus loquace sur des plateaux de télévision pour défendre les violences faites aux femmes. Les femmes de gendarmes, de policiers ou de magistrats victimes de violences  conjugales auraient beaucoup à dire sur les refus de plainte opposés dans les commissariats et les gendarmeries ainsi que les traitements partiaux des procedures au tribunal.  Nous avons de très nombreux témoignages en ce sens.  Là aussi, le monde réel n’est pas celui  que vous croyez Monsieur le Président de la République!  

Monsieur le Président de la République, dans cette République des personnalités sont protégées et couvertes pour leur comportement délictueux.

Au sein de la Gendarmerie Nationale, tout est permis!

A titre d’exemple, le Directeur Général de la Gendarmerie Nationale (DGGN), bloque depuis le mois d’août 2017, une prime d’un peu plus de 600 euros mensuel pour le président de l’AFAR pour le casser socialement et financièrement car il a osé dénoncer des faits de violences aggravées impliquant des militaires de la gendarmerie. Tous ses dossiers sont bloqués. Fruit du hasard ou collusion entre service? 

Ce harcèlement car c’est du harcèlement, se poursuit en toute impunité par un dossier disciplinaire illégal fondé sur ses publications en tant que président d’une association professionnelle nationale de militaires (APNM) à caractère syndical.

C’est une atteinte aux droits de la presse, à la liberté d’expression, à la liberté d’association et au droit syndical pour lesquels, la France a été condamnée par deux fois  le 2 octobre 2014 par la Cour Européenne des Droits de l’Homme .

Il y aurait tant de choses à dire sur les formes de ce harcèlement qui implique de nombreux militaires dont des généraux  et des personnels du Service Santé des Armées « apprentis Mengele ».

Le président de l’AFAR est blessé de guerre souffrant d’un état de stress post-traumatique (ESPT)  avec des risques important de suicide, ce qui nécessite un accompagnement médical que doit mettre en œuvre le Ministère des Armées et la Gendarmerie Nationale aux abonnés absents.

Avec M. BENALLA au cabinet du DGGN, vous ne pouvez  ignorez cette situation. Vous avez été destinataire d’un courrier et d’un courriel du président de l’AFAR. Aucune réponse pour la lettre, pour le courriel une transmission à Gérard Collomb, ministre d’Étatministre de l’Intérieur. Aucune réponse à ce jour. C’est malheureusement toujours ainsi… Le silence, le silence et toujours le silence…   

C’est cela votre monde Monsieur le Président de la République!

Le cas de l’adjudant-chef GUEDON, victime  de harcèlement moral hiérarchique et de violences psychologiques sur subordonné présente les mêmes caractéristiques avec en prime, des pressions subies dans le cadre de son activité d’enquêteur  spécialisé dans le domaine de l’aéronautique militaire pour avoir respecté les directives du magistrat instructeur au lieu de se soumettre à son supérieur hiérarchique qui tentait d’influencer le cours des enquêtes. Ce fait est corroboré par le doyen des juges d’instructions près le TGI de Paris. 

Là encore, la hiérarchie et le commandant de la Gendarmerie de l’Air persiste à le harceler. C’est criminel! 

Le suicide en gendarmerie n’a jamais d’origine professionnelle selon son directeur général. Nous avons publié 4 cas de militaires en situation de suicide. Que fait l’armée et la gendarmerie pour protéger les victimes, rien! Par contre là encore,  les mis en cause sont couverts et protégés et les victimes brisées. 

Est-ce cela votre sens de la responsabilité Monsieur le Président de la République? 

C’est l’impunité à tous les étages! 

Voilà votre système qui défend les crapules et brisent les victimes qui osent défendre les valeurs de la République.   Vous devriez les défendre et les féliciter pour leur conduite courageuse et non pas accepter leur destruction par votre silence coupable, car ce silence est criminel!

Proclamer la transparence, la responsabilité est une chose. Prendre des décisions en est une autre!

Nous tenons à la disposition de la justice, de l’exécutif et de tous les membres de représentation nationale les preuves de ce que nous avançons.

Faire des centaines de milliers de vues sur internet sans que personne ne répondent à ce que nous dénonçons, c’est outrancier et incompréhensible pour ceux qui prétendent défendre les citoyens. La politique, c’est agir et  traiter les problèmes pas faire le canard!  

  • A titre d’exemple, ci-dessous, un courriel et les lettres adressées aux autorités sans que la moindre enquête n’ait été ouverte suite aux faits dénoncés par le Président de l’AFAR:

MORRA-LACOMBE-ARVISET sur PF

Lettre Vanessa au PR 21 mars 2016

lettre Vanessa au PG 21 mars 2016

Lettre DGGN Mdl chef LE BLANC

lettre APNM PROCUREUR TOULOUSE AFFAIRE VANESSA LE BLANC 5 septembre 2016

lettre APNM PROCUREUR TOULOUSE 9 janvier 2017 copie

lettre APNM PROCUREUR GENERAL TOULOUSE 9 janvier 2017

lettre APNM Ministre de la justice 9 janvier 2017

 

 

2 Réponses pour Affaire BENALLA: le symbole d’un système de corruption organisé notamment au sein de la Gendarmerie Nationale.

  1. 26 ans , Lieutenant-Colonel…j’aimerais qu’on m’explique.
    Je savais , hélas que depuis quelques années , la Gendarmerie est devenue l’armée mexicaine , mais que le recrutement en soit à ce point…
    Je plains les Gendarmes qui ont encore la fibre militaire et je les assure de mon soutien.

  2. À mon avis, ce n’est pas un symbole mais un symptôme. Un parmi tant d’autres qui est significatif de l’effondrement des valeurs pour lesquelles nous nous battons tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *