Extrait des conclusions du rapport d’expertise du lieutenant MORRA, Président de l’AFAR. Le risque de suicide est avéré!

6 195 vues

suicide

Extrait des conclusions du rapport d’expertise du lieutenant MORRA,

Président de l’AFAR. Le risque de suicide est avéré!

Ci-dessous, un extrait des conclusions de  l’expertise médicale réalisée le 13 novembre 2017 à 11 heures 00 par le docteur Raphaël NASSIF, psychiatre des hôpitaux, agréé de l’ARS (Agence Régionale de Santé) et de comité de réforme militaire, concernant une étude initiale d’un état de stress-post-traumatique (ESPT).

L’engagement associatif du lieutenant Paul MORRA, président de l’AFAR, blessé de guerre, est en relation directe avec cet ESPT ayant vécu de multiples  confrontations  imminentes avec la mort en diverses circonstances dont des bombardements intenses lors d’une OPEX au Liban, le 2 février 1990 et deux tentatives d’homicides sur sa personne. Le harcèlement moral au travail est venu aggraver cet ESPT dans un état de vulnérabilité déjà accru. Ses actions associatives reposent sur un mécanisme de survie par procuration et par sublimation mis en place, ce qui lui a permis d’être toujours en vie à ce jour, en l’absence de toute aide et de prise en charge militaire.

Ces faits sont attestés par des preuves sur des faits réels, tracées dans son dossier  et non seulement dans son discours.

La prise en charge des blessés de guerre vantée par les hautes autorités politiques et militaires est une vue de l’esprit dans son cas et dans beaucoup d’autres aussi. En effet, il ne bénéficie d’aucune prise en charge militaire à l’exception d’un suivi psychologique téléphonique mensuel avec une psychologue qu’il a obtenu à sa demande, aucun accompagnement  social ou médical ne lui ayant été proposé à son arrivée dans la région d’Occitanie. Il est suivi en milieu civil suite à ses démarches personnelles.

Le Général Patrick AUBERT, sous-directeur de l’accompagnement du personnel (DPMGN-DGGN) a du travail dans ce domaine, au lieu de consacrer du temps pour harceler un blessé de guerre en établissant  une demande de sanction disciplinaire inopportune, inopérante  et illégale de surcroît, pour soutenir un camarade officier supérieur mis en cause pour harcèlement!  Voilà à quoi servent les deniers de l’Etat!

A part de la maltraitance psychologique, n’obtenant aucune réponse à ses demandes, il est même fait obstacle à ses droits légitimes par le médecin-chef de l’antenne médicale de PERPIGNAN.

Son dossier de demande de PMI a été déposé le 9 octobre 2015.  Cette expertise a été réceptionnée  par la sous-direction des pensions le 12 janvier 2018, ce qui aurait du motiver l’établissement  du constat provisoire des droits à pension qui doit lui être notifié. A ce jour 15 juin 2018, soit plus de six mois après, toujours rien. De nombreux militaires blessés psychiques et/ou physiques sont traités de la même manière. C’est un pur mépris! La communication en soutien et la solidarité affichée aux militaires blessés n’est qu’un leurre, en voilà la preuve!

Le ministère des armées doit certainement attendre que les blessés de guerre décèdent ou se suicident pour ne pas payer de pension militaire d’invalidité. C’est la récompense pour notre esprit de sacrifice et pour avoir servi la Nation avec Force et Honneur. Engagez-vous et vous saurez ce qui vous attend!

Nous reprenons ci-après, un court extrait des conclusions de ce médecin psychiatre, expert mandaté par la sous-direction des pensions. Il prescrit des recommandations qui sont inexistantes dans son suivi médical. Il serait grand temps que l’Armée et la Gendarmerie Nationale prennent leurs responsabilités car le risque suicidaire est acté et publique dorénavant.

(…)

 » Mr Paul MORRA doit poursuivre sa prise en charge psychiatrique et psychologique et doit faire partie des personnes qui doivent être accompagnées au long cours avec la prévention du suicide, étant donné que le risque suicidaire devient important en raison des facteurs aggravants, à savoir le sexe (homme), militaire, maniant les armes, ayant côtoyé la mort dans ses missions, sensitivité des émotions, antécédents de tentatives de suicide,… » 

Messieurs les généraux, Mesdames et Messieurs les politiques, vous êtes maintenant informés et donc responsables de sa vie! Prenez vos responsabilités! 

.

6 Réponses pour Extrait des conclusions du rapport d’expertise du lieutenant MORRA, Président de l’AFAR. Le risque de suicide est avéré!

  1. Christian SÉBENNE

    Le calvaire que traverse le Lieutenant Paul Morra est une honte pour l’institution, et si je puis me permettre cette comparaison, son parcours n’est pas sans me rappeler ce que vécurent les militaires et appelés du contingent qui servirent de cobayes aux essais nucléaires au Sahara mais aussi à la série d’essais qui contaminèrent tous ces personnels en Polynésie, ces malheureux atteint de cancer affrontèrent l’omerta tant hiérarchique que médicale.

    Christian Sébenne

  2. Bonjour à tous. Certains de mes collègues concernés ont contacté le président de l’AFAR et signaler les faits dont ils faisaient l’objet.
    Oui les faits remontent à un peu plus de six mois.

  3. Bonjour pascal.

    Il serait intéressant je pense de faire état de cette affaire de la BGA Ventiseri que nous ne connaissons pas. Plusieurs milliers de militaires et de lecteurs du monde civil viennent lire, observer, et se faire une idée de l institution militaire en perte de vitesse et on comprend mieux pourquoi au regard de certaines attitudes de chef indignes.
    Cordialement. Philippe

  4. Dans la même situation. Mais personne n’en parle ni n’en a fait allusion

    • Bonjour Pascal.. Lecteur assidu des violences sans nom subies par cet adjudant chef à les couilles de se battre contre tout un système, je suis, et je pense nous sommes intéressés par la situation de vos camarades mais dont ignorons les faits..Vous parlez de la BGA.. Brigade de gendarmerie de l’air ? est-ce avec le même officier le colonel GUICHARD ? Si tel était le cas, il est vraiment méchant et/ou totalement incompétent celui là. Merci par anticipation pour votre réponse.

  5. Bonjour. Je tiens à réagir quant à ce que vit l’adjudant chef.
    Je suis de tout cœur avec lui.
    Mais je pense à cinq camarades de la bga de ventiseri Solenzara qui sont

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *