Un policier en civil tué devant une discothèque à Toulouse, deux suspects interpellés

779 vues

Un policier en civil tué devant une discothèque à Toulouse, deux suspects interpellés

 

Publié le 

SRPJ

INFO LA DEPECHE / Un trentenaire a été tué ce samedi, à l’aube, devant une discothèque, à Toulouse. La victime était un policier en civil. Deux suspects ont été interpellés et placés en garde à vue.

A-t-il été tué parce qu’il était policier ? Était-ce prémédité ? Autant de questions qui seront les enjeux de l’enquête puis, de l’instruction. Et qui hante déjà la famille et les collègues de la victime.

Un terrible drame s’est noué ce samedi, à l’aube, sur le parking de la discothèque L’Esmeralda, située sur le complexe de Sesquières, au nord de Toulouse. Il était environ 5 heures du matin quand Benjamin, 35 ans, s’est sauvagement fait agresser par deux individus. Ce policier en civil, qui officiait à la brigade spécialisée de terrain nord (BST), se trouvait avec un ami dans la file d’attente du snack installé devant la discothèque quand il a reçu un coup à la tête, vraisemblablement porté par un objet contondant. Le jeune homme s’est écroulé et sa tête a violemment percuté le sol. Alors qu’il gisait par terre, il a ensuite été roué de coups de pied, essentiellement portés au visage.
Tué parce que policier ?

Les deux complices ont réussi à prendre la fuite à bord d’une voiture sous le regard des derniers clients et l’alerte a été donnée. Un vigile a alors tenté de porter les premiers secours et un temps, Benjamin a lutté contre l’inéluctable au regard de la gravité de ses blessures.

Sur place, les sapeurs-pompiers et les médecins du Samu 31 ont passé de longues minutes à essayer de le réanimer. Plus d’une heure, en réalité. En vain. Les secours n’ont pu que constater son décès alors que les collègues policiers de la victime procédaient aux premières constatations. Plus que groggy, choqués.

Avisé, le parquet de Toulouse a confié l’enquête aux hommes du service régional de police judiciaire (SRPJ). Ce samedi matin, vers 8 heures, les experts scientifiques étaient encore sur les lieux pour geler la scène de ce qui est désormais un crime. Un meurtre, c’est certain. Ou un assassinat ? Selon plusieurs sources, la victime connaissait peut-être son agresseur principal. Mais était-ce dans le cadre de ses fonctions de policier officiant notamment aux Izards, un quartier tristement célèbre pour son trafic de produits illicites ? Ou était-ce à titre personnel ? Seule l’enquête de la PJ pourra le déterminer.

UNITÉ SGP POLICE@UNITESGPPOLICE

UNITÉ SGP POLICE présente ses plus sincères condoléances à la famille, amis et collègues de Benjamin, tragiquement disparu dans une rixe à Toulouse.
Une pensée particulière pour la BST Nord de Toulouse dans laquelle Benjamin faisait parti et pour sa compagne enceinte.

100 personnes parlent à ce sujet
 
 Le principal suspect serait un ancien boxeur

Samedi, peu après l’attaque, un individu s’est présenté de lui-même au commissariat où il a été placé en garde à vue. Il s’agirait du complice du principal auteur des faits qui restait en fuite en début de matinée.

Mais seulement deux heures plus tard, les personnels de la brigade anticriminalité (BAC) ont interpellé un homme dont le signalement correspondrait à celui du meurtrier. Autre élément tangible : sa plaque d’immatriculation serait celle relevée par des témoins sur le parking de L’Esmeralda au moment de la fuite des agresseurs. Cet homme a également été placé en garde à vue dans les locaux du SRPJ. Il reste présumé innocent, tout comme son complice.

Tous deux sont âgés « d’environ 35 ans », comme la victime, confirme le parquet de Toulouse qui a, en revanche, refusé de divulguer les éventuels antécédents judiciaires des deux suspects.

Quel mobile ?

Selon nos informations, le principal mis en cause était identifié par certains salariés de l’établissement comme étant un client indésirable. D’après un témoignage, cet ancien boxeur au physique hyperaffûté et son complice auraient stationné leur véhicule juste à côté du food-truck avant de s’en prendre à Benjamin.

Est-ce qu’il y a eu un incident dans la discothèque ? Ou est-ce une vengeance suite à un litige antérieur ? Les investigations ne font que débuter.

L’engagement sans faille de Benjamin, 35 ans

Il allait être papa. Benjamin K., 35 ans, et sa compagne attendaient un enfant. Le décès brutal de ce jeune homme de 35 ans plonge sa concubine, sa famille, son entourage et ses collègues dans une douleur indicible. En poste depuis un an à la brigade spécialisée de terrain nord (BST), il était basé au commissariat de La Vache. Il travaillait notamment dans le quartier des Izards, l’un des secteurs les plus sensibles de la Ville rose. Mais il a toujours aimé le terrain.
Auparavant, Benjamin officiait à Tournefeuille, à l’ouest de Toulouse, qu’il avait rejoint après plusieurs années passées à travailler au sein de la compagnie républicaine de sécurité (CRS). Son gabarit se prêtait d’ailleurs bien au maintien de l’ordre.
En effet, ce grand gaillard qui mesurait 1,85m était notamment un fana de sport et de musculation, selon certains de ses collègues. Ce samedi, il a vraisemblablement été attaqué par-derrière.

Pour lire l’article original, cliquer (ICI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *