Un syndicat de police accuse Castaner d’avoir couvert des agressions sexuelles

1 702 vues

Un syndicat de police accuse Castaner d’avoir couvert des agressions sexuelles

10:38 08.02.2019 – Source: https://fr.sputniknews.com

Castaner

Le docteur Frey, médecin inspecteur régional, a été placé en garde à vue puis sous contrôle judiciaire pour des agressions sexuelles. Le syndicat de police Vigi accuse le ministre de l’Intérieur d’avoir été informé de ces agressions, de les avoir couvertes et d’avoir soutenu des sanctions contre un employé ayant dénoncé ce médecin.

Le syndicat des personnel du Ministère de l’Intérieur, Vigi, a dans un communiqué demandé la démission de Christophe Castaner. Il accuse le Ministre de l’Intérieur d’avoir été informé dès le 24 octobre 2018 des agissements du docteur Frey, dernièrement placé en garde à vue puis sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer pour agression sexuelles sur de jeunes collègues.

Le communiqué assure que le ministre avait en outre défendu ce médecin inspecteur régional contre des accusations l’année dernière.

Selon ce dernier, M.Castaner a fait le choix de laisser Éric Morvan, Directeur Général de la Police Nationale, qui lui aussi a couvert les agressions sexuelles de ce «médecin», envoyer le secrétaire général du syndicat, Alexandre Langlois, en conseil de discipline, entre autres pour avoir dénoncé de telles pratiques.Plus encore, il a laissé le docteur Frey traîner ce même Alexandre Langlois au Tribunal de Grande Instance de Metz, pour diffamation.

Déplorant l’augmentation du nombre de suicides parmi ses collègues (déjà 11 en 2019) avec un tel management qui couvre tous les agissements délictueux de la hiérarchie policière, le syndicat demande une nouvelle fois la démission immédiate de MM.Castaner et Morvan.

Le syndicat compte sur le soutien de Mme Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, et espère qu’elle ne fera pas passer des intérêts partisans avant la souffrance de ses collègues.

France Bleu Lorraine a annoncé ce vendredi que le médecin inspecteur régional de la police dans le Grand Est avait été suspendu de ses fonctions.

Le média signale en se référant à une source policière que le médecin inspecteur régional, âgé d’une cinquantaine d’années, aurait agressé sexuellement de jeunes adjointes de sécurité lors de visites médicales. Il aurait pratiqué, lors de la visite d’aptitude physique obligatoire pour intégrer l’école de police, des caresses et palpations mammaires «assez longues alors que le médecin n’est pas gynécologue».

Plusieurs adjointes de sécurité ont déposé plainte. Le parquet de Reims a saisi l’IGPN.Ce médecin exerçait depuis plus de 20 ans. Il était chargé d’examiner les policiers accidentés de dix départements, les blessés en service et faisait passer les visites médicales à Metz.Pour lire l’article, cliquer (ICI)

  • Sur le même sujet, lire aussi:

Le médecin des policiers du Grand Est suspendu pour agressions sexuelles

Source: https://www.francebleu.fr

Le médecin inspecteur régional de la police dans le Grand Est est suspendu de ses fonctions. Il a été placé en garde à vue pour agressions sexuelles sur des jeunes adjointes de sécurité lors de visites médicales. Le parquet de Reims a saisi l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN).

Grand Est, France

C’est une affaire embarrassante pour la police Zone Est (10 départements). Le médecin inspecteur régional, basé à Metz a été suspendu de ses fonctions et il a été placé en garde à vue ces dernières semaines pour des agressions sexuelles sur des jeunes fonctionnaires. Il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer.

Des palpations mammaires

Le médecin âgé d’une cinquantaine d’années était chargé d’examiner les policiers accidentés, les blessés en service et faisait passer les visites médicales à Metz. C’est lors de ces visites qu’il aurait dérapé ces derniers mois. Plusieurs adjointes de sécurité ont décrit le même scénario. Lors de la visite d’aptitude physique, obligatoire pour intégrer l’école de police, le docteur aurait pratiqué des palpations mammaires, des caresses des seins « assez longues alors que le médecin n’est pas gynécologue » explique une source policière.

L’IGPN est saisie

Plusieurs adjointes de sécurité ont donc déposé plainte et le parquet de Reims a saisi l’IGPN, la police des polices. Le médecin qui exerçait « depuis plus de 20 ans » à la police a été temporairement suspendu de ses fonctions le temps de l’enquête.

« Un tout puissant, un intouchable »

Ce policier contacté par France Bleu Lorraine n’est pas surpris « depuis au moins huit ans il y avait des doutes sur son compte« . Un autre policier parle de médecin controversé, peu apprécié des fonctionnaires de police, « un tout puissant qui régnait sur la zone Est, un intouchable.« 

Le parquet de Reims « n’infirme pas et ne confirme pas » les informations de France Bleu Lorraine, l’IGPN n’a pas souhaité faire de commentaire.

  • Commentaire:

Voilà un Etat de droit!

Selon ces articles de presse, le syndicat de police « VIGI » dénonce des faits de harcèlements sexuels à la plus haute autorité du Ministère de l’Intérieur et au Directeur Général de la Police Nationale (DGPN). Le résultat, ces faits sont couverts en haut lieu et le secrétaire général de ce syndicat subit une plainte bâillon pour diffamation ainsi qu’un dossier disciplinaire.

Au niveau de la gendarmerie nationale, même méthode, le président de l’AFAR a dénoncé des faits de violences par personnes dépositaire de l’autorité publique et des faits de harcèlement moral hiérarchique au travail ayant eu pour conséquences, des entraves à l’exercice de la police judiciaire impactant des enquêtes judiciaires touchant  à l’aéronautique militaire. En retour, il subit les mêmes procédures  pour le faire taire.

En France, on écrase les lanceurs d’alerte,  ceux qui respectent le droit et on couvre les nantis qui transgressent la loi.

Voilà, les preuves d’un système institutionnalisé au sein même de l’appareil d’Etat. Selon  des membres de l’exécutif, nous sommes en démocratie. Il y a de quoi s’interroger quand on voit les moyens mis en oeuvre  pour couvrir des agissements délictueux au détriment des intérêts des victimes et de ceux qui les dénoncent et les défendent. L’affaire Benalla en est une parfaite illustration!

3 Réponses pour Un syndicat de police accuse Castaner d’avoir couvert des agressions sexuelles

  1. L’honneur de la police, de la gendarmerie et des forces dites « de l’ordre » est en jeu. Leur image est souillée par le comportement d’une minorité.

    Macron, Castaner, Belloubet, Griveaux et toute la clique ont le même comportement abject que les autorités de l’Église face aux crimes pédophiles, aux violence sexuelles qui éclatent au grand jour, à propos d' »hommes de Dieu » qui ont plongé à fond dans l’odieux.

    Définition de « odieux » : qui excite la haine, le dégoût, l’indignation. Synonymes : détestable, exécrable, ignoble.

    Ces personnages couvrent des faits condamnables évidents comme le montre ce tweet du 9 décembre 2018 par lequel Macron avait remercié des forces de l’ordre : « le courage et l’exceptionnel professionnalisme ».

    Beaucoup de policiers et gendarmes ont le sens de l’honneur, pas Macron qui a une responsabilité dans le fait qu’une telle chanson ait pu être chantée au palais de l’Élysée à l’occasion de la fête de la musique 2018, et ceci en anglais !!! (traduction de Yann Barthès) :

    Ce soir brûlons cette maison
    Ce soir, brûlons-la complètement. (bis)
    Les femmes et la beuh strictement verte,
    Ne t’assieds pas salope s’il te plaît.
    Je suis avec six mannequins
    Six bouteilles de champagne
    Quatre belvédères et de la beuh partout
    T’es vénère parce que je me suis fait sucer la bite
    Et lécher les boules…
    Danse enculé de ta mère, danse. » (bis)

    Macron a mis le feu à la maison France et voudrait maintenant se faire passer pour un personnage irréprochable.

    Quant à Castaner, il est impliqué dans la couverture de violence sexuelles par des policiers.*

    Nicole Belloubet, Griveaux et autres personnage du même acabit couvrent Macron et font obstacle à toute enquête impartiale.

    Après Amnesty International, c’est l’ONU qui signale de graves dérives du pouvoir.

  2. Plus connus pour leur occultisme et moult scandales qui émaillent cette secte, il est rare que les Francs-Maçons fassent preuve d’examens de conscience et se montrent à découvert tout en révélant leurs états d’âme.

    Devant l’apocalypse où en est réduit notre pays sous la dextre criminelle des sieur Macron et Castaner, à l’encontre des revendications du mouvement pacifique des Gilets Jaunes, les francs-maçons appellent les leurs à se reprendre et se démarquer des dérives mortifères auxquelles se livrent l’exécutif :

    Appel des francs maçons
    https://www.youtube.com/watch?v=8BNXcxo5JkI

    Appel à la conscience des Francs-Maçons
    https://www.youtube.com/watch?v=sXQE9GuD1Ag

    Mais encore rappelons que la loi de 1793 des Droits de l’Homme s’est vue ratifier à l’issue du procès de Nuremberg, le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale des Nations Unies ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme dont les articles 18 et 19 sont très clairs ! D’autre part, la loi Fabius/Gayssot non ratifiée par l’ONU est donc nulle et non avenue.

    http://www.un.org/fr/documents/udhr/

    Article 18.

    Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

    Article 19.

    Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

    Il en prend du temps parfois pour que les consciences s’éveillent, mais tôt ou tard certains auront des comptes à rendre sur la couverture des agissements à la Weinstein aux 14 morts, aux 2000 blessés et combien d’estropiés définitivement.

    Christian Sébenne

  3. Le cas-Castaner et ses errements, dont le “florilège“ évoqué dans l’article s’inscrit dans la suite des anormalités de l’illégitimité la plus totale de ce gouvernement de parvenus ayant accédé à la magistrature suprême au terme d’un monceau de magouilles, dès lors, il n’y a pas lieu de s’étonner de cette logique de guerre contre le peuple que d’assister à un nombre incalculable “d’accommodements déraisonnables“ avec nos lois et nos institutions.

    Partant de là, au regard de tous les crimes commis, je réitère, les crimes commis par l’exécutif il n’y a donc lieu de s’étonner de rien de la part de ce ramassis d’assassins, en ce sens la pénaliste Georgia Pouliquen est très clair, Macron et Castaner seraient passibles de la Cour Pénale Internationale dont l’Article 7 du Statut de Rome instituant la Cour Pénale Internationale :

    https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/20002381/index.html#a7 Pdf

    Preuve ratification par la France ici http://www.cfcpi.fr/spip.php?rubrique6 Pdf

    Source Georgia Pouliquen : https://www.youtube.com/watch?v=qxTz0EiFhxc&feature=youtu.be

    Par ailleurs, si la Presse avait réellement fait son devoir d’information, « Nous aurions dû écouter ce que déclarait Philippe Seguin lors d’un discours tenu le 5 mai 1992 à l’Assemblée Nationale, cet homme qui savait que l’Europe deviendrait notre cimetière ! »

    Le discours prémonitoire de Philippe Séguin écrit et vidéo

    https://blogs.mediapart.fr/danyves/blog/180313/le-discours-premonitoire-de-philippe-seguin Pdf
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=6&v=1c6MfNWzzus

    Il est tard, mais il n’est pas trop tard pour réagir !

    Christian Sébenne
    Ancien propriétaire du magazine Africa International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *