#Je Suis Libre Donc Je Suis : le policier Alexandre Langlois claque la porte de la police nationale

8 613 vues

#Je Suis Libre Donc Je Suis :

le policier Alexandre Langlois claque la porte de la police nationale

5fc0dbb56f7ccc68d052c291

Source: https://francais.rt.com/27 nov. 2020

Syndicaliste engagé qui avait pris la défense des Gilets jaunes face au gouvernement, Alexandre Langlois annonce sa volonté de quitter la police nationale. Dans un courrier, il explique l’inadéquation de son engagement avec la police actuelle.

«Je quitte la Police nationale pour les mêmes raisons que j’y suis entré : la défense des libertés individuelles et de l’intérêt général». Telle est la conclusion – lapidaire – de la lettre envoyée par Alexandre Langlois au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Cliquer (ICI) pour lire la lettre.

Ce 27 novembre, le policier militant syndical et emblématique secrétaire général de VIGI-MI a annoncé dans un courrier sa volonté de négocier une rupture conventionnelle avec l’administration.

(…)

Une longue bataille aux côtés des Gilets jaunes mais aussi des policiers : intenable ?

Dans ce long courrier très véhément, celui qui avait souvent pris fait et cause pour les Gilets jaunes sans jamais renier son métier de policier national du renseignement ni son engagement syndical, revient sur les années qui ont précédé et décrit une institution qui ne correspond plus selon lui à celle pour laquelle il s’était engagé : «Aujourd’hui, je constate qu’il n’est plus question pour le peuple d’obéir aux lois auxquelles il a lui-même consenti et que le rôle de sa police n’est plus de protéger ses libertés, mais plutôt de toutes les annihiler, comme le ferait le plus vil des oppresseurs.»

« Si vous aviez un tant soit peu de respect pour les femmes et les hommes qui portent l’uniforme, comme moi, vous démissionneriez »

Et de questionner : «Qu’est devenue la Police nationale depuis 2014, elle qui se devait d’être la garante des libertés ? Ne mérite-t-elle pas mieux que d’appliquer à la lettre des lois de plus en plus liberticides et autoritaires ? En pareille situation, peut-on encore parler d’une police républicaine ou ne s’agit-il plus que d’une milice au service de votre autoritarisme ?»

(…)

Pour lire la suite de l’article original, cliquer (ICI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *