Monsieur le Président de la République, chef des armées: Je vous accuse d’avoir menti dans votre «tweet» en soutien aux blessés!

2 856 vues

Tweet président de la République

Lettre ouverte à M. le Président de la République, chef des armées.

Monsieur le Président de la République, chef des armées,

Je vous accuse d’avoir menti dans votre «tweet» en soutien aux blessés!

Je reprends vos propres mots qui ne reflètent en rien la réalité quotidienne que je vis et les maux des blessés de guerre dont je fais partie. Nous sommes abandonnés par la République Française contrairement à vos affirmations. Je vous en apporte les preuves ci-après!

Vous avez «tweeté»: «Tu n’abandonnes jamais tes blessés» Code d’honneur militaire et solidarité des citoyens reconnaissants. Nous sommes tous#Avec Nos Blessés.

Je suis au regret de vous démentir, car vos propos ne sont que de la pure foutaise dans notre réalité, loin des honneurs, loin des belles paroles, loin des uniformes en rang!

Au travers de mon cas personnel que je mets en lumière dans cette lettre ouverte, ce sont de nombreux camarades militaires qui vivent ce que je dénonce. Ils m’appellent au quotidien pour me faire part de leur détresse face à l’entreprise de destruction qu’ils subissent de la part d’acteurs institutionnels. Certains «chefs militaires» violent les lois en toute impunité. Ils sont protégés au sein des institutions militaires car il faut préserver coûte que coûte la chaîne de commandement.

Ces autorités militaires violent la religion du Droit en toute impunité. Souffrant d’un état de santé fragilisé, mes camarades ne sont pas en capacité de s’exprimer publiquement. C’est la raison pour laquelle, j’expose volontairement ma situation qui reflète aussi celle de beaucoup de camarades militaires.

Ces «tortionnaires» en uniforme détruisent et poussent au suicide des militaires, j’en suis témoin et victime. Chaque jour, les soldats français font preuve d’esprit de sacrifice pouvant aller jusqu’au sacrifice suprême, pour servir les intérêts supérieurs de la Nation et assurer la sécurité des citoyens sur le territoire national et à l’étranger. Chaque année, nous en payons le prix du sang, par la vie de nos frères et de nos sœurs d’arme!

Ces militaires servent avec «FORCE ET HONNEUR». En retour, il n’ont ni le «RESPECT» et ni la «CONSIDÉRATION» qu’ils sont en droit d’attendre. C’est le «MÉPRIS de la NATION» qui leur est opposé! C’est «INDIGNE» et une «HONTE» pour la République!

Cette situation est devenue intolérable. Je vous en avais alerté!

Pour lire l’ article intitulé: «Le Président de l’AFAR alerte le Président de la République»

Cliquer [ICI]

A ce jour, je n’ai obtenu aucune réponse.

Parmi ces militaires, il y a les blessés de guerre physiques et/ou psychiques. Ils sont de ce fait considérés comme des personnes vulnérables. Malgré leur état de santé fragilisé et leur vulnérabilité, ils sont détruits psychologiquement pour faire obstacle à leurs droits légitimes et les rayer de la carte.

Ci-après, je vous en fait la démonstration:

  • L’accompagnement des blessé de guerre.

La communication dans ce domaine est un leurre servant d’alibi de bonne conscience institutionnelle pour masquer la misère de ces services, dépourvus de tout moyen et de réels pouvoirs. Si vous n’avez besoin de rien, vous pouvez aller les voir, comme on dit familièrement.

Ci-dessous, un lien vous permettant d’accéder à des courriels que j’ai échangés avec les acteurs de l’accompagnement du personnel qui le prouvent indéniablement .

Synthèse des courriels échangés avec les services chargés de l’accompagnement

J’ai saisi par courriel M. le Président de la République.

Ci-dessous, un lien vous permettant d’accéder à ce courriel.

Courriel président de la République le 12 juillet 2017

J’ai obtenu une réponse du cabinet de la présidence de la république. Ma demande a été transmise à M. le Ministre Gérard COLLOMB, Ministre d’État, Ministre de l’intérieur. Aucune réponse à ce jour.

J’obtiendrai certainement une réponse par une «lettre circulaire» type, en temps opportun, par ces mêmes autorités militaires qui me tuent…

Mes droits sont bafoués (homologation blessures de guerre: NON TRAITEE DEPUIS PLUS D’UN AN, inscription au registre des constatations: REFUSEE POUR MOTIFS FALLACIEUX ET ILLEGAUX, demande de pension militaire d’invalidité: TRANSMISE INCOMPLETE SANS AVOIR ÉTÉ TRAITÉE, congé du blessé: NON ATTRIBUÉ ET RETARDÉ DE MANIÈRE ILLÉGALE, retrait illégale de prime (ISSP -700€) sur solde pour m’asphyxier financièrement, etc…).

Je vis sur mes réserves alimentaires. Une régularisation de ma solde m’a été promise par écrit le 25 août 2017 à 18 heures 48 par Anne POWELL du BPO de la DGGN, Adjointe au chef de la section analyse technique. Rien à ce jour.

J’envisage une grève de la faim. Quitte à me faire démolir autant que ce soit pour une bonne cause! Ces services sont parfaitement au courant de ma situation financière dégradée du fait de leurs «incuries» et rien ne bouge!

Ce matin 21 septembre 2017 à 9 heures 45, j’ai fait un point de situation avec le Chef d’escadron JOUIN, chef du bureau de l’accompagnement du personnel à MONTPELLIER -34-. Pour faire diligence à l’exercice de mes droits légitimes, il a osé me répondre qu’il attendait la décision de la DGGN. C’est un comble! La DGGN se retranche sur le fait que la décision appartient au commandant de région, ce qui est le cas! Voilà de quelle manière on évite de traiter mon dossier. Ce sont des manœuvres dilatoires! Ils sont manifestement incapables de prendre une décision. C’est ainsi qu’ils font obstacle à mes droits légitime pour me détruire psychologiquement dans un état de santé fragilisé et de particulière vulnérabilité. Cet officier m’a avoué «comprendre ma situation». Il est resté dans un mutisme coupable ne pouvant rien dire… Je lui ai précisé que le silence coupable qui m’est opposé me tue inexorablement. Le laxisme volontaire des services qui ont l’obligation de me gérer, les rend complices des violences sur subordonné que je subis. Là encore, aucune réponse…

Que vaut la parole de l’exécutif? Rien, puisque qu’elle est bafouée!

Il se trouve que la région qui me gère actuellement est celle que j’avais dénoncée dans des précédents articles, sur des pratiques illégales relatives à la gestion administratives des personnels de la gendarmerie par des traitements de données occultes et illégaux.

Pour lire les articles cliquer sur les liens ci-dessous:

SCOOP! ACTE I: La preuve du vrai visage du harcèlement moral au travail institutionnalisé au sein de la Gendarmerie Nationale!

Pour lire l’article, cliquer [ICI]

SCOOP! ACTE II: La preuve du vrai visage du harcèlement moral au travail institutionnalisé au sein de la Gendarmerie Nationale!

Pour lire l’article, cliquer [ICI]

Voilà, les moyens de rétorsion employés pour me détruire et m’anéantir parce que je dénonce des vérités qui dérangent en haut lieu.

Pour votre information, vous pouvez lire ma lettre adressée au DGGN ainsi que les deux courriers échangés avec mon ancien commandant de groupement. Vous me comprendrez humainement.

Ci-dessous, des liens vous permettant d’accéder à ces courriers

Lettre Lieutenant MORRA au DGGN 21 aout 2017

LETTRE LTN MORRA réponse demande IRC (7)

Lettre du 15 septembre 2017 en réponse Colonel DURAND Gwendal

Je passe les collusions entre généraux (2S) à la tête de grands groupes privés comme l’AGPM et ceux d’active, pour faire obstacle à nos garanties souscrites.

Mon précédent article: «Ma réponse au Général (2S) PAULET, PDG de l’AGPM».

Cliquer [ICI] pour lire l’article.

J’ACCUSE: Le général d’armée, Richard LIZUREY, directeur général de la gendarmerie national (DGGN) d’avoir couvert une escroquerie au jugement en bande organisée pour faire condamner un innocent au mépris de la religion du Droit.

Il ne peut être ignoré, l’implication de magistrats parquetiers du TGI TOULOUSE -31-, d’avocats véreux et d’enquêteurs de la gendarmerie (PMO Villefranche de Lauragais -31-, de la section de recherches de Toulouse -31- et de l’IGGN ( BEA et BEJ), TOUS CORROMPUS!

Ces faits sont publiques, incontestés et incontestables!

J’ACCUSE: Ce même général, d’être à l’origine d’une entreprise de destruction psychologique de ma personne en usant et en abusant de toutes les règles de Droit pour m’atteindre et atteindre d’autres camarades qui osent dénoncer les vérités qu’ils vivent.

Tout est noyauté. On ne peut joindre aucune autorité par les voies classiques.

  • L’incapacité des autorités militaires à agir qui gardent un silence coupable:

  • Mme Anne-Sophie AVE, DRH du Ministère des Armées.

  • Le Chef du contrôle général des armées, Jean-Robert REBMEISTER.

  • L’Inspecteur Général du Service Santé des Armées (IGSSA)

  • L’ancien Inspecteur Général des Armées Gendarmerie (IGAG).

Faut-il avoir fait de grandes écoles et obtenir de grands diplômes pour se comporter ainsi, en lâche et sans honneur? Je m’interroge!

Liens pour accéder aux courriers adressés à ces autorités:

Lettre AFAR DRH MD Paul

CGA saisine du 17 juillet 2017

Réponse CGA 29 juillet 2017 suite saisine du 17 juillet 2017 corrigé

Lettre Inspecteur Général Service santé des Armée

Lettre réponse IGSSA suite épurement dossier médical

REPONSE LT MORRA IGSSA 20 AVRIL 2017

Lettre IGAG VECHAMBRE 22 juillet 2016

Réponse IGAG VECHAMBRE 28 février 2017

07_Echanges de courriels avec IGAG

  • Les enquêtes administratives et judiciaires de l’IGGN

Ce service d’inspection générale se targue de «DÉONTOLOGIE». Il en ignore manifestement le sens. Il est à la solde de l’administration centrale. Les enquêteurs de l’IGGN traitent leurs dossiers sans vergogne, de manière partiale, en violant les lois et en usant des stratagèmes les plus vils, pour démolir les victimes, dans le seul dessein de réaffirmer l’autorité des chefs en déliquescence. Cette situation est de la faute de certains grands chefs inconséquents, incapables, incompétents, déloyaux, sans honneur, qui paralysent et gangrènent les armées et la gendarmerie nationale.

Voilà quelques exemples de ce qui se passe au sein des armées, au cas où vous l’ignorez M. le Président de la République.

Monsieur le Président de la République, j’ai cru en vous comme beaucoup de mes camarades. Je vous respecte en votre qualité de chef des armées. La situation critique que je vis en tant que blessé de guerre me pousse à vous exprimer la colère inextinguible qui m’envahit chaque jour, car elle reflète 18 années de souffrance au travail, malgré des souvenirs impérissables partagés avec des femmes et des hommes d’honneur et de très grande valeur.

J’ai tout fait pour faire entendre le Droit à l’appui de preuves incontestables et irréfutables.

Monsieur le Président de la République, est-ce cela la «DÉMOCRATIE» dont vous faites état régulièrement? Je ne le crois pas!

Vous avez parlé d’Honneur, alors prouvez-nous que vous vous êtes un « HOMME d’HONNEUR » en prenant des décisions rapides autrement que par un silence coupable qui tue les militaires.

La communication diffusée répond à la question de forme, nous attendons du fond. Vous avez été élu pour cela!

Signé:

Lieutenant de gendarmerie MORRA Paul

Président de l’AFAR

Lt MORRA Paul

2 Réponses pour Monsieur le Président de la République, chef des armées: Je vous accuse d’avoir menti dans votre «tweet» en soutien aux blessés!

  1. ils sont beaux nos nos chefs , nos soit disant garants de nos institutions régaliennes
    Pas étonnant que la France se délète de la sorte avec de tels exemples

  2. Quel cri d’alarme! On est dans un tel état de non droit ? Merci de bien vouloir m’éclairer.

    Courage. Michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *