Communiqué à l’AFP

645 vues

communique-officiel

Association des Forces Armées Réunies

2 rue Boileau

66280 SALEILLES

MORRA Paul, lieutenant de gendarmerie

Président

Mobile : 06 18 35 38 90 / E-mail : contact.apnm.afar@gmail.com / E-mail personnel : morra.paul@orange.fr

Rassemblement des femmes de militaires en colère, le 26 août 2017 aux Invalides. 

Le 23 mai 2017, en ma qualité de président de L’AFAR (Association des Forces Armées Réunies), j’ai alerté le Président de la République des difficultés rencontrées par les militaires, notamment victimes de pratiques illégales au sein des armées et d’une manière plus générale du non-respect du droit au sein de la communauté militaire.

Les femmes et les hommes d’honneur qui servent notre mère patrie la France ont droit au Respect et à la Considération de la Nation.

Force est de constater que notre courrier était annonciateur du malaise et de la détresse des membres de la communauté qui s’exprime aujourd’hui au travers du collectif des femmes de militaires en colère.

Il est fort dommageable qu’à chaque fois que nous exprimons une réalité certes dérangeante, reflétant les maux de nos soldats, la seule réponse qui nous soit opposée est un silence coupable. Nous sommes en droit d’attendre du respect et non du mépris comme cela est le cas !

L’AFAR rend un hommage appuyé à ces femmes de militaires en colère, particulièrement courageuses à l’initiative de l’organisation d’un rassemblement à Paris, le samedi 26 août à partir de 13h00 aux Invalides pour faire part de leurs revendications que nous estimons légitimes. Nous rappelons qu’un militaire sans son conjoint n’est rien !

En conséquence, l’AFAR soutient sans réserve ces femmes de militaires qui expriment tout haut le désarroi de leurs maris en particulier et d’une manière plus générale, le malaise et la très grande détresse des membres de la communauté militaire.

Nous mettons le site « Armée média, le journal de l’AFAR» à leur disposition si elles le souhaitent pour communiquer, car nous partageons à l’évidence, le même combat pour l’amélioration de la condition militaire dans ses différents aspects.

Nous invitons leurs conjoints à user de leur droit d’association issu des deux arrêts rendus le 2 octobre 2014, par la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) et de la loi N° 2015-917 du 28 juillet 2015 actualisant la programmation militaire pour les années 2015 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense, autorisant les militaires à créer des APNM (Associations Professionnelles Nationales de Militaires), d’y adhérer et d’y exercer des responsabilités.

Par ailleurs, nous les informons que le droit conventionnel européen offre la possibilité aux militaires de créer des syndicats. Ce droit ne peut en aucune manière leur être interdit. Seuls des restrictions légitimes dans une société démocratique peuvent être imposées par l’État.

C’est la raison pour laquelle et après deux années d’existence en tant qu’APNM confrontée à des résistances très fortes des hautes autorités, empêchant un dialogue social de qualité au sein des armées qui fait grand défaut depuis des décennies, j’ai décidé de créer d’ici la fin de l’année avec d’autres de mes camarades militaires d’active et en retraite, le premier syndicat militaire interarmées en France.

Nos camarades européens d’EUROMIL nous suivent avec une particulière attention car ce sera le début d’un grand mouvement démocratique au sein des armées et en Europe. Nous y croyons fortement.

Chers camarades de la communauté militaire, n’ayez plus peur. Vos femmes sont très courageuses ! Ne les laissez pas agir seules. Rejoignez-nous ou engagez-vous, mais ne restez pas dans la crainte et l’immobilisme. Le courage pour défendre vos intérêts collectifs, c’est aussi cela.

Nous respectons le statut général des militaires. En aucune manière, nous remettons en cause notre engagement de militaire, notre disponibilité et la politique de défense qui sont des restrictions légitimes dans une société démocratique.

Par contre, nous exigeons le respect du droit au sein des armées qui est bafoué en toute impunité, chaque jour, depuis toujours.

L’Histoire nous attend. Nous avons besoin de vous, comme vos épouses pour faire avancer les droits des militaires.

Ensemble, nous serons entendus et les portes des ministères s’ouvriront.

La solution est entre vos mains.

Signé Lieutenant de gendarmerie MORRA Paul, Président de l’AFAR

Une réponse pour Communiqué à l’AFP

  1. Le factieux a encore frappé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *