France : rassemblement des femmes de militaires en colère

1 054 vues

La démission du Chef d’Etat Major des Armées français, le général Pierre Le Jolis de Villiers de Saintignon, le 19 juillet 2017, avait défrayé la chronique, d’autant que cela ne s’était jamais produit sous la Vème République.

N’ayant pas le droit de manifester, ni d’appartenir à un syndicat, ni même de militer dans un parti politique, les soldats français sont tenus par une obligation de garder le silence, mais soutiennent massivement leur ancien Chef d’Etat Major, qui pour mémoire avait dénoncé une ponction de 850 millions d’euros dans le budget consacré aux forces armées, ce qui est intenable dans les circonstances actuelles.

Qu’à cela ne tienne : leurs épouses, qui n’ont pas les mêmes contraintes, ont décidé de réagir, et organisent un grand rassemblement des Femmes de Militaires en Colère, qui aura lieu le samedi 26 Août 2017 aux Invalides à Paris.

Nul doute que cette initiative risque de déplaire au président Macron, qui aura une occasion supplémentaire de déclarer « je suis votre chef »…

Les femmes de militaires en colère ont dévoilé cette information sur leur page Facebook (https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1972710992973034&id=1958283404415793) et annoncent la participation de plusieurs personnalités, sans dévoiler lesquelles :

Ce rassemblement aura lieu à Paris, le samedi 26 août à partir de 13h aux Invalides, lieu comme vous le savez hautement symbolique pour nous tous. Nous avons pris la décision de déclarer notre action à la préfecture car nous aurons de nombreux intervenants et que le RESPECT pour nous n’est pas un vain mot.

Nous souhaitions d’ores et déjà vous remercier pour la SOLIDARITÉ ainsi que l’ affection que vous témoignez à nos militaires ??

NOS REVENDICATIONS :

Pour lire la suite, cliquer [ICI]

Source: http://lesobservateurs.ch

                                                                                                 ***

L’AFAR (Association des Forces Armées Réunies), association professionnelle nationale de militaires (APNM) à caractère interarmées,  soutient sans réserve les femmes de militaires en colère qui expriment tout haut le désarroi de leurs maris en particulier et d’une manière plus générale, le malaise et la très grande détresse des membres de  la communauté militaire. 

Nous mettons le site « Armée média, le journal de l’AFAR » à leur disposition si elles le souhaitent pour communiquer, car nous partageons à l’évidence, le même combat pour l’amélioration de la condition militaire dans ses différents aspects.

Nous invitons leurs conjoints à user de leur droit d’association issu  des deux arrêts  rendus le 2 octobre 2014, par la CEDH ( Cour Européenne des Droits de l’Homme) et de la loi N° 2015-917 du 28 juillet 2015 actualisant la programmation militaire pour les années 2015 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense, autorisant les militaires à créer des APNM ( Associations Professionnelles Nationales de Militaires), d’y adhérer et d’y exercer des responsabilités.  

Par ailleurs, nous les informons que le droit conventionnel européen offre la possibilité aux militaires de créer des syndicats. Ce droit ne peut en aucune manière leur être interdit. Seuls des restrictions légitimes dans une société démocratique peuvent être imposées par l’État.  

C’est la raison pour laquelle et après deux années d’existence en tant qu’APNM confrontée à des résistances très fortes des autorités, empêchant un dialogue social de qualité au sein des armées qui fait grand défaut depuis des décennies,   j’ai décidé de créer d’ici la fin de l’année avec d’autres de mes camarades militaires d’active et en retraite, le premier syndicat militaire interarmées en France.

Nos camarades européens d’EUROMIL nous suivent avec une particulière attention car ce sera le début d’un grand mouvement démocratique au sein des armées et en Europe. Nous y croyons fortement. 

Chers camarades de la communauté militaire, n’ayez plus peur. Vos femmes sont très courageuses! Ne les laissez pas agir seules. Rejoignez-nous ou engagez-vous, mais ne restez pas dans la crainte et l’immobilisme. Le courage pour défendre vos intérêts collectifs, c’est aussi cela. Nous respectons le statut général des militaires. En aucune manière, nous remettons en cause notre engagement de militaire, notre disponibilité et la politique de défense qui sont des restrictions légitimes dans une société démocratique.

Par  contre, nous exigeons le respect du droit au sein des armées qui est bafoué en toute impunité, chaque jour, depuis toujours.

L’Histoire nous attend. Nous avons besoin de vous, comme vos épouses pour faire avancer les droits des militaires.

Ensemble, nous serons entendus et les portes des ministères s’ouvriront.

La solution est dans vos mains.

                                                         Lieutenant de gendarmerie MORRA Paul

                                                                            Président de l’AFAR

                                                     Tél: 06 18 35 38 90 – Courriel: morra.paul@orange.fr

Lt MORRA Paul

3 Réponses pour France : rassemblement des femmes de militaires en colère

  1. Je suis prêt à vous rejoindre. Je suis retraité de l’Armée de Terre comme Sous Officier ,j’ai 68 ans mais il me rete encore un peu d’énergie!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Ce qui lasse les hommes et les femmes des armées – et de fait, leurs conjoints- c’est cette espérance déçue très rapidement que le mouvement de laminage récurent entrepris depuis 1997, surtout aggravé sous les présidences SARKOZY et HOLLANDE, allait au moins s’arrêter.
    ce qui lasse et désespère les gens, c’est l’apparente indifférences des élites administratives et politiques de ce pays qui veulent une armée pour bomber de temps à autres le torse , sans en payer le prix.
    ces élites y voient du corporatisme, révélant ainsi une inculture profonde sur ce qu’est le système d’hommes « armée », ce qui les motive, les mobilise, les fédère. engoncées dans leur vision managériale , affirmant depuis lurette que les armées sont sources de gabegies, elles refusent de comprendre le moteur du système : la primauté cu collectif sur l’individu, le don de soi, l’esprit de corps et de sacrifice (ce truc qu’on salue avec des larmes de crocodiles après chaque mort en s’empressant de vite passer à autre chose).
    je ne suis pas pour le syndicalisme dans les armées mais force est de reconnaître que le statut militaire a permis ces économies en tout genere sans trop savoir d’ailleurs si cela avait servi à quelque choes. certains nous diront que c’est pour assurer notre crédibilité en Europe. logique: la quasi totalité des pays européens ne se sent pas concernée par les questions de sécurité et compte sur le grand frère US. ce faisant, messieurs les francais, vos considérations géopolitiques, on s’en moque : le pacte de stabilité avant tout.
    je me désole de voir ces gouvernements auxquels on confirme la lente imposion de nos armées sur le TN. non pas qu’elles n’y ont pas leur place mais qu’elles n’ont pas à y tenir le rôle qu’on leur fait tenir à ce jour pour des raisons politiques (il faut calmer et endormir le bon peuple, surtout pas l’éduquer), philosophique (haaa, la bataille d’alger, haaa le fantasme du coup d’état militaire) et corporatistes. les syndicats de police se moquent de l’évaporation permanente dans les rangs des unités de l’armée de terre : « patrouillez, patrouillez mais ne faites rien d’autre et tant pis pour vos familles ».
    je ne suis pas d’accord avec le mélanges de revendications de ce collectif. nous apportons de l’eau au moulin des élites qui n’y voient que du corporatisme. je pense par exemple aux équipements en OPEX (un gilet pare balle peut avoir dix ans d’âge si’il est entretenu et n’a jamais subi un tir). je connais aussi le côté « fashion victim  » de nos soldats , c’est légitime mais qu’on mesure un peu les efforts conduits depuis 2011. enfin la problématique des mutations est connue , encore faut-il qu’elle soit expliquée et admise par les intéressés. combien de sous-officiers repoussent l’éventualité d’une mutation et combien de sous-officiers attendent patiemment d’être mutés à l’endroit rêvé ? si le premier ne bouge pas , le second ne pourra pas y aller. enfin, il faut expliquer qu’on n’a pas autant de place que de candidats à la mutation. dans une compagnie, il y a une douzaine de sergents, il n’y a pas une douzaine de postes de SOA ou de chef de section. dans une compagnie, il y a trois lieutenants et un seul capitaine. la mutation s’impose donc pour garantir le parcours des intéresses. c’est aussi oublier le contrôle financier de Bercy sur les mutations. les armées font le minimum chaque année et tout le monde ne peut pas rejoindre la garnison de ses rêves pour y pitonner.

  3. Armées : les soldats en ont ras les c… Va falloir que ça change !

    Puisque la polémique à propos de l’opération sentinelle a été réactivée suite au énième attentat contre l’une des patrouilles à proximité des lieux même de leur cantonnement…
    Puisque certains parlementaires semblent se réveiller en posant le problème avec des arrières pensées politiques mais sans réellement proposer de solutions alternatives…
    Puisque les spécialistes dits des armées, chercheurs, journalistes et autres instruits n’ayant jamais porté un famas de leur vie ou une Frag se répandent dans les émissions censées faire comprendre aux citoyens ce qu’eux-mêmes n’arrivent pas à comprendre…
    Puisque le seigneur des budgets a imposé 850 millions d’économie aux Armées sans expliquer où et quoi il faudrait couper dans le grand machin qu’est le budget de la défense…
    Puisque le Grand chef des Armées a décidé de faire la guerre en supprimant le nerf de la guerre…
    Puisque seuls ceux qui sont concernés et qui vivent au jour le jour cette mission ne peuvent donner leur avis…
    J’estime pouvoir donner le mien puisque je n’appartiens à aucune des catégories susvisées, comme dirait le sapeur camembert.
    Plus de 8.000 soldats sont engagés actuellement dans Chammal et Barkhane. Environ 7.000 hommes participent par ailleurs à Sentinelle sur le territoire national, en réalité beaucoup plus, soit une mobilisation sans précédent pour l’armée française depuis des décennies. En appliquant la règle des tournantes, n’y voyez aucune allusion à quoi que soit qui pourrait se passer dans nos douces banlieues, ce sont donc, 15000 hommes en opex, ce qui en fait en mobilise le triple soit 45000, compte tenu des relèves.
    Cela sans compter les 4000 marins en mer en mission permanente, les 7000 hommes des forces de souveraineté stationnées dans les pays par exemple les forces armées en zone sud de l’Océan Indien 1600, les 2100 hommes positionnés en Guyane, les 900 en Polynésie française, les 1000 aux Antilles les 1450 en Nouvelle Calédonie, nonobstant comme dirait le Maréchal des logis de gendarmerie Smoll, les forces de présence pour un effectif total de 4000 hommes à Djibouti, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Gabon, oublions celles qui participent en RCA à l’EUTM et à la Minusca, les postes militaires dans les ambassades et autres joyeusetés, écoles, échanges internationaux, patati plus patata (ce sont les vacances, je me relâche). Tout cela en fait du monde !
    En conséquence, pourriez-vous m’expliquer Monsieur le Président, Chef des Armées, j’ai renoncé à interroger la ministre, faut lui laisser du temps pour découvrir son ministère, comment on fait pour recruter, former en initial, instruire, entrainer toute ça, tout ça ? Car vous n’êtes pas entièrement responsable, je vous l’accorde volontiers, des multiples coups de rabot que l’on subit depuis 10 ans.
    suite sur:

    http://www.athena-vostok.com/article-sans-titre-3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *