Var: Quand des jeunes en décrochage scolaire retournent à l’armée

828 vues
Les élèves passent la journée avec un binôme militaire

Les élèves passent la journée avec un binôme militaire – Mathilde Ceilles

Carla a 16 ans. En septembre dernier, quand ses copines faisaient comme chaque année leurs rentrées des classes, Carla était restée chez elle. Une histoire d’orientation manquée, de dossier pas assez solide pour se lancer dans la voie de ses rêves, et la jeune fille avait décidé de tout arrêter. Elle venait de terminer sa troisième.

Il faut dire que l’école, ce n’était pas vraiment son truc. « Je ne peux pas rester assis sur une chaise. Je séchais tout le temps ! Tellement que la CPE ne savait même pas mon nom quand j’allais à la vie scolaire », pouffe-t-elle.

Un programme unique en France

A tourner en rond chez elle, Carla « devient dingue ». Quand elle entend parler de la mission de lutte contre le décrochage scolaire de Toulon, elle fonce et se porte volontaire.

Ce programme prend en charge une quinzaine de jeunes, ayant récemment quitté l’école après la troisième ou au lycée. Issu d’un partenariat entre l’Armée et l’Education Nationale, il propose à ces décrocheurs scolaires une immersion hebdomadaire au sein d’un corps militaire du Var.

Marseillaise et course d’orientation

C’est ainsi que Carla se retrouve en ce lundi avec une dizaine d’autres jeunes au 519e groupe de transit maritime (GTM) d’ Ollioules, encadrés par les hommes et femmes du régiment, le temps d’une journée.

Au programme : levée des couleurs, Marseillaise, cours d’utilisation d’une boussole et course d’orientation. Le tout en binôme avec un militaire, de quelques années à peine leurs aînés.

Carla et Chiraz tentent de se repérer sur la carte.
Carla et Chiraz tentent de se repérer sur la carte. – Mathilde Ceilles

De jeunes parrains

« On veut leur montrer que ce n’est pas forcément parce que tu n’as pas bac + 12 que tu ne peux pas devenir quelqu’un », explique Pauline, la jeune militaire de 22 ans qui parraine Carla pour cette journée.

« Ces jeunes sont en manque de repères et de confiance en eux, abonde le colonel Laurent Fontaine, chef du corps du 519e GTM. J’ai volontairement sélectionné des militaires ayant moins de 9 mois de service, parmi les plus jeunes de mon corps. Il y a du coup un effet miroir : ces mêmes jeunes militaires, il y a quelques années, ont pu être aussi perdus qu’eux. Ils peuvent se projeter ».

Une remise à niveau

« On leur inculque aussi des valeurs, celles de l’armée », ajoute Pauline. A commencer par la ponctualité. Un principe simple, mais qui, pour ces décrocheurs scolaires, n’était pas une évidence. « Avant, j’étais tout le temps en retard en cours, mais plus ici. La première fois que je suis arrivée à l’heure, j’étais trop fière ! », confie Carla.

Les jeunes écoutent les consignes de leurs aînés.
Les jeunes écoutent les consignes de leurs aînés. – Mathilde Ceilles

Outre cette découverte du monde militaire, le programme inclut deux jours hebdomadaires de stage. Le reste de la semaine est consacré à une remise à niveau en petit groupe et à une réflexion sur l’orientation du jeune.

Un programme qui porte ses fruits

Mis en place pour la seconde année consécutive, le programme semble déjà porter ses fruits. « 70 % des jeunes qui sont passés par ce programme l’année dernière sont désormais scolarisés ou en apprentissage », se réjouit Stéphanie Lebreton, une des coordinatrices de ce projet auprès du rectorat.

Photo de famille
Photo de famille – Mathilde Ceilles

Chiraz, l’amie de Carla, espère faire partie de ceux-là dès septembre. La jeune fille a rapidement abandonné son CAP Esthétique. Trop dur. Ce programme, elle l’espère, lui permettra d’intégrer un CAP Vente.

« Franchement, c’est top, tu découvres des trucs, et puis c’est mieux que rester chez soi. ». Et à Carla de conclure, tout sourire : « La vérité, Madame, vous avez eu une idée de génie avec ce programme ! Et je dis pas ça pour faire de la lèche ! »

Source : 20 Minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *