Ex-égérie de la gendarmerie, elle porte plainte pour harcèlement moral

2 842 vues

INFO METRONEWS – Seaade Besbiss, ancienne gendarme adjoint volontaire, a déposé une plainte devant le doyen des juges d’instruction de Nanterre pour dénoncer des faits de harcèlement moral à l’encontre de son supérieur hiérarchique. Son image avait été utilisée par la gendarmerie dans le cadre d’une campagne pour illustrer la place des femmes dans l’institution.

L'ancienne gendarme Seaade Besbiss a porté plainte devant le doyen des juges d'instruction de Nanterre pour harcèlement moral.

L’ancienne gendarme Seaade Besbiss a porté plainte devant le doyen des juges d’instruction de Nanterre pour harcèlement moral.

Elle avait été choisie par le ministère de l’Intérieur pour incarner l’égalité hommes-femmes, posant en uniforme sur des affiches promotionnelles de la gendarmerie. Seaade Besbiss, une ancienne gendarme adjoint volontaire (GAV) affectée dans les Yvelines, se retourne aujourd’hui contre son supérieur. Selon nos informations, elle a porté plainte le 1er mars dernier pour harcèlement moral de la part de son supérieur hiérarchique auprès du doyen des juges d’instruction de Nanterre (Hauts-de-Seine). Dans sa plainte, que metronews a consultée, Seaade Besbiss, 28 ans, dit avoir subi de nombreuses remarques déplacées pendant un an et demi de la part du lieutenant qui la supervisait.

« J’étais seins nus »

Les faits se seraient produits entre janvier 2013 et mai 2014, lorsqu’elle était en poste à la brigade autonome territoriale de Noisy-le-Roi (Yvelines). Tout aurait commencé lors d’une patrouille de nuit. Son supérieur, le lieutenant D., lui aurait posé des questions sur sa vie amoureuse, ses expériences et sur le « désir d’avoir des relations d’un soir avec un officier ». Mal à l’aise, la jeune gendarme raconte avoir « coupé court à la conversation ». A partir de ce jour, la relation se serait dégradée. « Il était très froid, de mauvaise humeur et m’a surchargée de travail. Je ne lui reproche pas de m’avoir draguée. Mais de m’avoir fait payer mon refus », commente-t-elle auprès de metronews.

Seaade Besbiss "revendique [sa] féminité en tant que gendarme"

Seaade Besbiss « revendique [sa] féminité en tant que gendarme »

A l’appui, elle rapporte cet exemple de la danse orientale. La gendarme souhaitait suivre cette activité en dehors de ses heures de service. Mais son supérieur lui aurait alors répondu, selon son récit, que cette pratique n’était « pas compatible avec le métier de gendarme », avant de refuser de l’inscrire au tableau d’avancement. La gendarme dénonce aussi une violation de son domicile. Selon elle, le lieutenant D. se serait introduit dans son logement, à l’intérieur de la caserne, sans demander s’il pouvait entrer. « J’étais seins nus dans mon lit en train de me reposer », précise-t-elle, assurant avoir en sa possession des vidéos et des enregistrements audio pour appuyer ses dénonciations.

Personnifier la diversité et la parité

La gendarme a d’abord dénoncé ces faits en décembre 2014 au commissariat de police à Versailles. Mais le procureur de la République a classé l’affaire sans suite à la fin de l’année dernière, après une enquête de l’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). « Nous nous tournons donc vers le doyen des juges d’instruction pour qu’il demande à un juge d’instruction d’enquêter car ces faits sont graves », commente auprès de metronews Patrick Maisonneuve, l’avocat de la gendarme, qui dénonce « des propos insultants et vexatoires ».

Selon nos informations, l’enquête de l’IGGN n’a pas relevé de problème de harcèlement. « Si ce n’est une maladresse de vocabulaire de la part du supérieur. En revanche, elle a pointé une propension à l’affabulation et à la mise en scène chez la plaignante », nous précise un connaisseur du dossier.

L’ancienne égérie de la gendarmerie nationale, qui avait misé sur elle pour personnifier la diversité et la parité au sein de ses rangs, n’est plus en poste depuis le 31 janvier dernier, date à laquelle son contrat de 5 ans a pris fin. Aujourd’hui, elle souhaite réintégrer l’institution en se présentant à nouveau aux concours. « Je vais aussi passer le concours de gardien de la paix. Je veux faire carrière dans les forces de l’ordre », ajoute-t-elle. Pour appuyer ses dénonciations et briser ce qu’elle qualifie d’ »omerta dans la gendarmerie », la jeune femme va sortir un livre en avril prochain. Le titre : « Je voulais juste être gendarme ».

Une plateforme pour dénoncer des discriminations

Lancée en 2014, une plateforme interne à la gendarmerie permet aux militaires de signaler des faits de discrimination religieuse, ethnique, de harcèlement moral ou sexuel. Intitulé « Stop-discri », ce formulaire permet aux victimes, mais aussi aux témoins, de saisir l’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). « Les informations sont confidentielles et ne passent pas par la hiérarchie directe du gendarme. Une précaution pour être certains qu’elles ne soient pas couvertes par la loi du silence », explique à metronews Karine Lejeune, porte-parole de la gendarmerie nationale. En 2015, 121 signalements ont été recueillis par ce biais-là. 53% d’entre eux ont été faits par des hommes.

Source : Metronews

5 Réponses pour Ex-égérie de la gendarmerie, elle porte plainte pour harcèlement moral

  1. ELLE A PAS HONTE DINSULTER LES GENDARMES ET LA GENDARMERIE CEST UNE MENTEUSE ELLE POUVAIT FAIRE UN AUTRE TRAVAIL SANS SALIR LES AUTRES ELLE EXAGERE ELLE EST PARANOIAQUE

  2. Dans le même genre on peut parler du SRE qui dans son article 15 n’ouvre pas les mêmes droits à certaines catégorie de personnes – On parole encore d’originaire de dépaysement, mais le tout dans un seul seul sens.

    Je vous invite par ailleurs à rechercher cet article du Service de Retraite de l’ETAT qui commet une discrimination en raison de l’origine des individus qui servent l’ETAT. (je parle de bénéfice de campagnes)
    A voir, si ce n’est par la discrimination pure et simple aux regard des ultramarins qui servent l’ETAT dans leur honneur et confiance…..

  3. Il s’agit d’un sujet tabou dans toutes les administrations où se fréquentent femmes et hommes. Mais en aucun cas on ne doit pas manquer de respect les uns aux autres. Le désir est une chose et la retenue une autre. Alors messieurs ayant un peu de dignité à accepter le refus de la gente féminine…… Bref……….

    La diversité est l’enrichissement d’une éducation qui permet de savoir vivre les uns avec les autres tout en ayant les mêmes chances de parcours peu importe son origine ou son appartenance…..

  4. mesdames, messieurs,
    121 signalements !!! c’est explosant et grave. Qu’avez vous mis en place pour toutes ces personnes en souffrance de harcèlement moral ? Vos investigations à la suite de ces signalements ? Quels sont vos résultats – il ne suffit pas d’enregistrer des faits, il faudrait enquêter et saisir les juridictions compétentes. Comprenez le pourquoi les victimes s’orientent vers le Doyen des juges d’instruction.
    Nous savons tous que la Gie est une institution de langue de bois. Il faut faire taire la victime et protéger l’auteur des faits, copier/coller de la recette du système judiciaire.
    A quand le petit Poucet qui osera semer une vraie justice. Cette France toujours anéantie de tabous. Je me crois à l’époque de nos arrières grands-parents où tout se savait et rien ne devait être connu au grand jour.
    C’est grave s’entretenir et laisser des hommes en poste alors qu’ils sont les auteurs d’une destruction psychologique sur autrui. Tant que vous n’aurez pas puni avec exemplarisme vous serez en mode portes ouvertes. Quelle est la vocation de « Stop-Discri » ? Faire des statistiques comme toute administration ou résorber ce phénomène qui s’avère très grave pour de nombreuses familles.

  5. Ce n’est malheureusement pas le seul cas concret dont j’ai à connaître.
    De nombreux autres cas (Police, Armée, Police Municipale, Administrations) m’ont été rapportés où j’ai moi même été témoin.
    Dès lors qu’il s’agit de personnel d’origine maghrébine la prudence est de rigueur.
    La moindre petite faute se termine au tribunal avec demande de dommages et intérêts, il se doit.
    Nous n’avons pas la même façon de penser et de concevoir la vie en communauté.
    Cependant, la faute revient aux recruteurs et à ceux qui les poussent dans ce sens afin d’avoir la diversité dans nos rangs.
    Sauf que là on a tout faux et on a pas fini de se faire des cheveux blancs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *