Les missions des gendarmes n’ont jamais été affectées par la rigueur

1 915 vues

Il y a deux mois, jour pour jour, le général Denis Favier, grand patron des gendarmes, lors de son audition devant la commission de la défense nationale et des forces armées poussait un cri d’alarme largement repris par la presse : Les contraintes budgétaires mettent la gendarmerie en grande difficulté pour accomplir ses missions.

.
Le général rapportait notamment que la gendarmerie n’avait pas les moyens de passer de commande de véhicules, de s’équiper d’ordinateurs, qu’elle rencontrait des difficultés pour payer le carburant et l’électricité, qu’elle n’était pas en mesure de payer les loyers aux collectivités locales …, et que moral des gendarmes qui s’en ressentait se traduisant par une certaine lassitude :


« aucune commande de véhicules n’a pu être passée pour le moment alors que ces moyens sont des outils de travail quotidien, aucune commande d’ordinateurs n’a pu être réalisée pour la deuxième année consécutive. Nous sommes également en difficulté pour assurer les paiements sur des lignes incontournables, par exemple les dépenses d’énergie pour lesquelles il manque aujourd’hui 16 millions d’euros. Je ne serai plus en capacité de payer ces factures à la fin du mois d’octobre. Aussi, pour continuer d’assurer le bon fonctionnement des unités, je serai conduit à reporter le paiement des loyers aux collectivités locales. »

Dans ce contexte, les gendarmes ne baissent pas les bras. Cependant, je perçois une forme de lassitude, comme un besoin de stabilité, afin de consolider les nombreuses évolutions jusque-là conduites de front. Je sais aussi que les gendarmes ne demandent rien pour eux-mêmes. Ils veulent seulement disposer de budgets, même calculés au plus juste, mais au moins lisibles et stables sur l’année.

Moins de 2 mois après l’audition du général Favier, nous apprenons que sur Europe 1, le lieutenant-colonel Durand a déclaré qu’il n’y a pas pénurie de moyens et que les gendarmes ne rencontrent pas de difficultés pour s’approvisionner en carburant.

.
Le maire d’Allevard-les-Bains, en Isère, a fait voter dernièrement en conseil municipal une subvention de 800€ pour permettre à ses gendarmes de payer leur essence, nous avions relayé cette information. Le lieutenant-colonel Durand, invité d’Europe 1, a affirmé que de telles situations (les gendarmes qui n’ont pas d’essence)… « non, ça n’existe pas ». Même s’il a reconnu que des tensions budgétaires existent, elles n’avaient pour objet que de permettre une « gestion la plus saine et la plus sereine possible ».

L’officier a certifié que les missions des gendarmes n’ont jamais été affectées par la rigueur budgétaire. Evoquant une gestion « de bon père de famille » en ce qui concerne le budget alloué chaque année par l’Etat aux gendarmes, il a précisé que les patrouilles à pied ou à vélo, par exemple, ne sont pas le signe de manque de moyens mais « d’adaptation aux modes d’action des délinquants », qui se réfugient parfois dans des endroits inaccessibles aux voitures.

.

Bref, si tout ne va pas bien, nous retiendrons que les missions des gendarmes ne sont pas affectées par la rigueur budgétaire.et que la grande difficulté qu’a la gendarmerie pour accomplir ses missions, évoquée le 16 octobre dernier par le Directeur Général de la Gendarmerie Nationale, n’est pas ressentie par le lieutenant-colonel Durand ou s’est estompée grâce à l’enveloppe de 111 millions d’euros débloquée par le gouvernement pour finir l’année.

Michel Munier

 

 

 

 

 

 

 

8 Réponses pour Les missions des gendarmes n’ont jamais été affectées par la rigueur

  1. Et s’il s’agissait tout simplement d’une opération de communication pré électorale.
    C’est ce que semble suggérer le journaliste de FR3 en conclusion du sujet consacré à cette délibération de la commune d’Allevard.
    Il se dit notamment que l’AFP a été saisie d’un communiqué annonçant la délibération qui est habituellement l’objet d’un simple affichage en Mairie !

    • Bonjour,

      Au mieux d’une simple opération pré électorale,
      au pire d’une vengeance contre la brigade en question qui refuse de céder au Maire la présence des gendarmes à tord et a travers.

      J’imagine bien le maire enquiquiner le patron de cette brigade pour avoir du bleu ici, du bleu la bas, afin de servir sa politique de sécurité…

      Et le lieutenant-colonel Durand… On ne donne pas la liberté d’expression aux gendarmes, par contre lui il a le droit de dire n’importe-quoi à la radio et en total contradiction avec son directeur général… Bref…………..

    • Il s’agit effectivement d’une opération de communication pré élections municipales.
      Il y en aura d’autres…
      Les gendarmes (et les policiers)commencent à en avoir l’habitude.

  2. Deux officiers affectés à Tahiti,dont un muté cet été sont revenus tous frais payés pour un « séminaire » organisé annuellement à Paris.
    Il reste donc bien un peu de monnaie au fond des tiroirs.

  3. Si le maire d’Allevard-les-Bains trouve que les véhicules des gendarmes locaux sont trop souvent au garage, c’est probablement également le fait, qu’en raison du système mis en place dans le cadre des communautés de brigades, la brigade locale est, à certaines heures, fermée alors que les gendarmes sont logés sur place.
    C’est l’articulation de la gendarmerie qui est à revoir.

    • Retraite,
      La brigade d’Allevard les Bains est ouverte tous les jours.
      As-tu lu le message de Marolles qui répond au message dans lequel tu souhaitais la suppression de la Sainte Geneviève ?

  4. ah donc rien a voir avec la limitation de 400L pour un mois de dsi …. De faire des points fixe, etc etc.

    Je suis rassuré mon colonel …

  5. bravo M. Durand,votre directeur a une vision erronée de l’état de son institution. Heureusement vous êtes là pour remettre les choses en place. Vous ne voudriez pas être calife à la place du calife par hasard ? Rassurez-vous le ridicule ne tue pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *