Etonnant ! L’armée serait une institution préservée des troubles psychosociaux

672 vues

C’est dans FocusRH, un site dédié à l’actualité et à l’évolution des ressources humaines que notre rédaction (avec la complicité de lecteurs qui nous l’ont signalé) a découvert cet article dans lequel ses auteurs subodorent que l’armée est une institution préservée des troubles psychosociaux que connaissent les entreprises.

.

On peut y lire que les armées pourraient apporter des enseignements aux organisations  civiles dans le domaine des techniques de gestion des entreprises pour en tirer le meilleur.

Après avoir dressé le constat que les armées ont une structure et des caractéristiques à priori défavorables dans ce domaine, liées entre autres à l’omniprésence des rapports hiérarchiques sans contrepoids syndical, les auteurs affirment que non seulement les armées sont attractives en matière de recrutement, mais qu’elles affichent en outre des indicateurs psychosociaux plutôt rassurants, se traduisant par une grande confiance des jeunes envers l’institution, un taux d’absentéisme deux fois inférieur à la moyenne nationale, un taux de suicides 20% inférieur à la moyenne nationale …

Et de conclure que cette situation favorable est le fruit d’un système de management équilibré entre l’organisation, le management de proximité et la politique RH en place.

Ce système reposerait sur des cadres qui sont « davantage des capteurs de stress et des diffuseurs de sérénité que de simples boites aux lettres de la hiérarchie » .

L’armée serait ainsi donc un bon modèle en matière de management, préservant ses personnels de troubles psychologiques liés au métier, grâce à la formation et à la compétence de ses cadres.

Lire l’article : http://www.focusrh.com/tribunes/troubles-psychosociaux-l-armee-une-institution-preservee-par-patrice-huiban-et-hugues-marchat.html

 

MM

 

 

 

 

Un numéro matricule apparent sur l'uniforme des policiers et des gendarmes

View Results

Loading ... Loading ...

 

 

 

 

 

 

5 Réponses pour Etonnant ! L’armée serait une institution préservée des troubles psychosociaux

  1. Tant que l’être humain sera considéré comme une « ressource », c’est à dire rien d’autre qu’un moyen de fournir aux besoins, au même titre que des matières premières ou des sources d’énergie, on aura des gens influents qui pondront de tels articles.

  2. Pingback : Etonnant ! L’armée serait une institution préservée des troubles psychosociaux ?

  3. Ronald Guillaumont

    A noter que Philippe Chapleau dans son blog « Lignes de Défense » nous présente un article concernant le livre de Messieurs Patrice Huiban et Hugues Marchat. Les commentaires qui suivent ne sont pas tristes non plus…

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/03/12/management-l-armee-un-modele-a-suivre-de-patrice-huiban-et.html

  4. Ronald Guillaumont

    Patrice Huiban est saint-cyrien, lieutenant-colonel de l’armée de Terre breveté de l’Ecole de guerre qui au cours de sa carrière a successivement tenu des postes de manager opérationnel, de formateur, de chargé d’études et de chef de projet, en France comme à l’étranger. Il a ainsi participé aux opérations des armées françaises en Bosnie, au Kosovo et en Afghanistan.

    Hugues Marchat a été officier dans l’armée de l’Air pendant douze années, notamment comme officier de tir sur les missiles stratégiques du plateau d’Albion. Consultant et dirigeant depuis vingt ans, il est le fondateur du cabinet de conseil Allience. Il enseigne également à l’Ecole centrale et à l’ESCP, au CNAM, ainsi qu’à l’université de Genève.

    Patrice Huiban et Hugues Marchat sont auteurs de l’ouvrage « Management, l’armée un modèle à suivre » aux éditions Studyrama, dans la collection Focus RH.

    Ce qui est écrit dans cet article par ces deux officiers supérieurs nous parait incroyable et relevant d’un utopique doux rêve au pays des Bisounours.

    Si ils reconnaissent que «  »les pratiques managériales des forces armées et le statut des militaires peuvent être perçus, de l’extérieur, comme facteurs de fragilités »" avec la suite de leurs propos ils prennent l’ensemble des militaires pour de misérables benêts, prêts à tout accepter et à tout subir, et en gardant le sourire s’il vous plait !

    «  »un taux de suicide 20 % inférieur à la moyenne nationale »"…

    Comment oser affirmer de telles inepties alors que nous savons tous que le taux de suicide des gendarmes et des forces de l’ordre dépasse largement le taux national.

    Mais heureusement « Zorro » est arrivé et ces Messieurs avec leurs méthodes de management font que l’ensemble des militaires est préservé de troubles psychosociaux. Probablement utilisent-ils la méthode Coué «  »Je vais bien, tout va bien. I am Happy ! »"…

    Mais alors ? pourquoi ne pas utiliser cette méthode de managements au niveau gouvernemental ? Ce serait la fin de la crise au sein de notre beau pays…

    Avec cet article et le livre, dont ils font publicité, il est certain que ces deux officiers n’ont vu les militaires que depuis la moquette sur laquelle ils se déplaçaient au fond d’un confortable bureau.

    Je doute qu’ils aient eu à approcher et à s’intéresser de près à la vie et aux problèmes de ces hommes et femmes qui régulièrement font don de leur vie au service de la Nation.

    Messieurs Huiban et Marchat, après toute votre diatribe incongrue, avez vous assimilé ou compris le sens réel de l’expression « Grande Muette » ? J’en doute très fortement.

    Quant aux chiffres dont vous faites état, il aurait été plus honnête d’en donner les sources.

  5. c’est plutôt rassurant si on relativise ces affirmations
    cette étude ne dit pas qu’il n’y en a pas, elle dit qu’il y en a moins que dans les autres catégories socio-professionnels.
    dans les armées, le management de manière générale (c’est à dire à tous les niveaux et dans toutes les spécialités) permet de limiter les risques psychosociaux.
    on peut aussi dire que c’est une évidence, si on admet que les risques psy sont moins prégnants dans un univers où la notion de risque (le combat , les blessures, la mort) et l’instabilité (le mutations, le changement de spécialité, l’aguerrissement), mais aussi les facteurs de cohésion( ndlr : les valeurs collectives qui transcendent et obligent au dépassement de soi)à font partie du paysage.
    cela n’interdit malheureusement pas les cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>